logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques locales > Adaptation au changement climatique > Vision commune WWF, RAC-F et FNH concernant le PNACC
Vision commune WWF, RAC-F et FNH concernant le PNACC
date 1er juillet 2010 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le WWF, le RAC-F et la FNH, dans le cadre de la concertation sur le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique, ont élaboré une vision commune sur ce document.

A la suite du Grenelle de l’environnement, les ONG ont été invitées à participer à la consultation sur le plan national d’adaptation au changement climatique organisée par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer.

Ce plan national doit être prêt pour 2011. Le WWF, le RAC-F et la FNH reconnaissent la qualité du travail préparatoire effectué par le groupe interministériel sur l’évaluation des impacts du changement climatique, du coût des dommages et des mesures d’adaptation en France. Les enjeux d’adaptation sont désormais reconnus comme une réalité, comme l’a souligné la création de l’ONERC par la loi du 19 février 2001 et l’observation d’impacts concrets et sérieux contre lesquels des collectivités ont déjà entamé des actions significatives. En effet, quels que soient les efforts entrepris ces prochaines années pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, un réchauffement significatif en France au cours de ce siècle ne pourra pas être évité. Cela aura forcément des conséquences sur lesquelles il faut améliorer les connaissances et auxquelles nous devons nous préparer dès maintenant.

La réflexion sur l’adaptation constitue une opportunité pour renforcer la sensibilisation des différents acteurs à la réalité du changement climatique et pour remettre en cause les nombreuses incohérences existantes en terme d’aménagement du territoire, d’infrastructure, de gestion de l’environnement et des ressources naturelles.
Les ONG tiennent à rappeler que favoriser l’adaptation au changement climatique passe avant tout par la réduction des contraintes et des risques déjà existants. La meilleure stratégie d’adaptation consiste en effet à disposer d’un environnement en bonne santé, et des sociétés sobres dans l’usage des ressources naturelles.

La sobriété et l’efficacité énergétique, et une politique novatrice de l’aménagement du territoire doivent concourir à la fois aux objectifs d’atténuation et d’adaptation. De même, des écosystèmes et une biodiversité en bonne santé seront mieux à même de faire face à leurs propres défis d’adaptation. L’adaptation au changement climatique doit être pensée et mise en œuvre en lien avec l’ensemble des autres politiques environnementales et d’aménagement du territoire.

Cette politique d’adaptation ne pourra être couronnée de succès que si elle est accompagnée d’une véritable campagne d’information, de sensibilisation, d’éducation et de formation incluant une réflexion sur les changements de fond nécessaires de la société et permettant à tous les acteurs de s’approprier ces thèmes.

Dans la recherche des solutions les ONG tiennent à alerter contre une vision purement « éco- technologique », c’est-à-dire basée sur le postulat que la technologie constituerait la solution pour l’adaptation au changement climatique (par exemple, le recours aux OGM, la construction systématique de digues...). Si certaines technologies vont évidemment apporter une part de la solution au problème de l’adaptation, cette dernière implique aussi une réflexion sur ses dimensions sociales et organisationnelles. Les conséquences d’une approche basée uniquement sur les technologies risqueraient d’être graves et irréversibles.

Il semble donc nécessaire de rappeler les principes essentiels concernant l’adaptation que sont la prise en compte de l’incertitude, donc la nécessité d’opter pour des solutions réversibles et de favoriser les actions en amont, et de ne pas seulement recourir à des solutions « techniques », mais de bien réfléchir aux aspects organisationnels et institutionnels.

> Télécharger la vision commune du WWF, du RAC-F et de la FNH sur le projet de PNACC :