logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Villepin réchauffe le Plan climat
date 19 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Villepin réchauffe le Plan climat


Aides en faveur du solaire photovoltaïque, de l’écohabitat, taxe sur les
voitures énergivores... le Premier ministre veut donner une âme au plan.

L’objectif affiché est clair : diviser par 4 les émissions nationales de
gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050. En juillet 2004, le gouvernement a
donc bâti un plan d’action assorti d’une batterie de mesures pour gagner ce
pari. Jusqu’à ce soir à Paris, le Rendez-Vous Climat 2005 dresse le premier
bilan d’un an et demi d’application d’un programme sévèrement critiqué par
les associations environnementalistes pour son manque de punch, notamment
dans les domaines du transport et du bâtiment. Alors que, de mémoire de
climatologue on a jamais eu aussi chaud cet automne, Dominique de Villepin
s’est efforcé hier de ragaillardir une politique anti-GES bien frileuse. En
fait, l’hôte de Matignon a surtout montré qu’il voulait reprendre la main,
car le déréglement climatique préoccupe de plus en plus de Français. Et à
fortiori, il intéresse ceux qui ne manquent pas une occasion de répondre à
(toutes) leurs inquiétudes. Comme Nicolas Sarkozy, le 19 octobre dernier
lors de la Convention UMP sur l’Ecologie...
« Avec la crise pétrolière ou les catastrophes naturelles à répétition, le
réchauffement est entré dans les moeurs, les gens ont compris que quelque
chose ne tourne plus rond au-dessus de leur tête et dans leur portefeuille.
Il est devenu un thème porteur de campagne électorale », ironise Olivier
Louchard, du Réseau Action Climat-France.

Logements basse énergie

Pour exprimer la prise de conscience de son équipe, le Premier ministre
n’est pas venu au Rendez-Vous les mains vides. Sur le volet des transports,
artisans d’une hausse de 23 % des rejets de GES entre 1990 et 2003, il a
rappelé des mesures déjà annoncées en septembre, comme le malus appliqué
sur les voitures haut de gamme, l’étiquetage obligatoire des émissions de
CO2 pour les véhicules neufs « avant le 1er juin 2006 », ou encore le
déblocage de 100 millions d’euros pour inviter la recherche à concevoir une
voiture capable de se contenter de 3,5 l au 100 km.

« On n’a entendu que du réchauffé », tempête Laetitia De Marez, de
Greenpeace-France, « la taxe CO2 sur la carte grise ne concernera que 8 %
des véhicules neufs et la voiture économe en carburant n’est pas pour
demain ».
Dans le secteur du bâtiment, Dominique de Villepin a innové en jetant les
bases - mais sans la chiffrer - d’une stratégie de rénovation des logements
anciens « afin qu’ils ne consomment que 50 kw/h par m2 ». Une mission de
recherche sera confiée à l’Agence de maîtrise de l’énergie (Ademe) et à
l’Agence nationale de rénovation de l’habitat pour développer les logements
moins énergivores.
« L’idée est bonne, mais il faudra que le Premier ministre m’explique
comment il peut mobiliser l’Ademe après avoir gelé 34,7 millions d’euros de
son budget en 2005 et sans doute en 2006 », s’interroge Louchard.

Toits solaires

Comme en septembre, les écolos sont ressortis sceptiques. Pas les
industriels du Syndicat des énergies renouvelables, qui ont
particulièrement apprécié « les 50 % de hausse du tarif de rachat par EDF
de l’électricité photovoltaïque aux particuliers ». Actuellement, le prix
payé est de 14,3 cts d’euros le kWh. Additionné aux 40 % de crédits
d’impôts Ï portés à 50 % en 2006 Ï pour l’équipement, ce coup de pouce
devrait ranimer une filière totalement anémiée, d’autant que la mesure
prévoit aussi de doubler le tarif de rachat pour les installations
collectives ou industrielles. Pour Arnaud Mine, vice-président du SER, « on
gravite autour des 20 MW installés en France métropolitaine. Une misère
alors que la technologie française est très performante dans le domaine des
toits solaires. Faute de soutien, cette filière industrielle se
délocalise », dit-il avec l’espoir que l’Ademe révise son arbitrage
budgétaire en faveur d’un secteur pour lequel elle n’a pas accordé un
centime en 2005 : « pour un particulier, il suffirait d’un euro de
subvention directe par watt pour que le retour sur investissement devienne
acceptable. Si on lançait l’année prochaine un programme de 4 MW, il
faudrait 4 millions d’euros d’aides. Vu l’enjeu économique et
environnemental, ce n’est rien ».

"L’Est Républicain" Patrice COSTA
15 novembre 2005
http://www.estrepublicain.fr/societ...