logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Se tenir informé > Nos publications > Vers des villes 100 % énergies renouvelables
Vers des villes 100 % énergies renouvelables
date 26 septembre documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Pendant la COP21, lors du sommet des Villes pour le climat organisé à l’Hôtel de ville de Paris, plus de 700 collectivités ont pris des engagements forts, et notamment celui de soutenir la transition vers une énergie 100 % renouvelable sur leurs territoires en 2050. Où en sont-elles aujourd’hui et quelles sont les actions qu’il leur faut mettre en œuvre dès maintenant pour atteindre cet objectif ambitieux ?

Pour répondre à ces questions, le CLER, Energy Cities et le Réseau Action Climat publient « Vers des villes 100 % énergies renouvelables » pour proposer aux décideurs des pistes d’actions pour emmener leur ville vers un avenir plus sain, plus prospère et plus solidaire.

Le rapport présente des études de cas de cinq champions européens – Barcelone, Francfort, Frederikshavn, Genève et Malmö - qui montrent le chemin. Avec des motivations, des approches et des calendriers spécifiques, ces villes s’emploient à développer un système énergétique fondé sur l’efficacité énergétique et l’utilisation maximale des énergies renouvelables. En mobilisant l’ensemble des acteurs locaux autour d’un projet collectif, elles avancent vers l’objectif de 100 % énergies renouvelables, stimulant au passage le développement économique de leurs territoires.

En France aussi, des villes se sont engagées pour un futur énergétique 100 % renouvelable. Sur la base d’analyses d’experts et d’entretiens avec des responsables d’une quinzaine de collectivités locales, le rapport dresse une feuille de route pour les villes désireuses de s’engager dans une telle démarche, en analysant les freins à lever et les leviers à actionner.

Prospective à l’horizon 2050, coopération entre territoires urbains et ruraux, financement des investissements, participation citoyenne, « smart cities » : des champs nouveaux s’ouvrent pour les villes et métropoles. Certaines villes l’ont compris et tentent déjà de saisir les opportunités liées à la transition énergétique :
- La métropole de Bordeaux a acté en février 2016 l’objectif d’être l’une des premières métropoles françaises à énergie positive en 2050 ;
- Saint Etienne a engagé des actions concrètes avec un territoire rural, le Parc naturel régional du Pilat, pour le développement conjoint des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (objectif : 70 % renouvelables en 2050) ;
- Nantes lance un grand débat public sur la transition énergétique pour faire participer tous les acteurs locaux ;
- Grenoble contribue aux investissements dans les énergies renouvelables locales, notamment au travers d’une SAS pour des projets de photovoltaïque sur toiture ;
- Paris se positionne en leader mondial de la lutte contre les changements climatiques

Une dynamique est lancée en France et dans le monde. La transition énergétique est en marche. Davantage décentralisée, elle laisse la place à de nouveaux acteurs. La question du rôle que souhaitent jouer les villes et métropoles, mais aussi les territoires ruraux qui les alimenteront en partie en énergies renouvelables, devient cruciale. Leur développement économique et territorial et la création de nouvelles solidarités entre territoires sont en jeu.

La publication est disponible gratuitement en téléchargement en cliquant ici.