logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Vélorution ! 3 juin 2006
date 26 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

(Communiqué de la Vélorution)

Manifestation-vélorution contre le CCFA samedi 3 juin à 14h00 place du Châtelet

En dénigrant les nouvelles normes anti-pollution et en refusant de faire apparaître les informations concernant la consommation des voitures individuelles, le lobby auto français démontre une nouvelle fois son cynisme et son mépris pour les générations actuelles et futures. Le samedi 3 juin 2006, Vélorution appelle à manifester devant le siège du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles, façade institutionnelle du lobby auto en France, pour dénoncer l’irresponsabilité et la mauvaise foi de ce groupe de pression au service des seuls intérêts économiques à court terme des constructeurs. Rendez-vous à 14h00 place du Châtelet à Paris.

Depuis le 1er janvier 2006, les voitures neuves doivent répondre à la norme de limitation de la pollution « Euro 4 ». Mais elles polluent toujours (CO, NO, NO2, Benzène, SO2, CO2), et la continuelle augmentation du nombre de véhicules polluants annihile bien vite cette relative limitation de la pollution. Sans compter le prosélytisme des constructeurs pour les systèmes de climatisation, nouveau cadeau empoisonné du CCFA.

En bon lobby, dans un document publié en mars 2006 et cyniquement intitulé « Qualité de l’air : la contribution de l’Automobile », le CCFA tente de nier ces évidences et de barrer la route à la mise en place de nouvelles normes plus contraignantes. Il est pourtant tout simplement mensonger de claironner que « les véhicules actuels Euro 4 sont des véhicules propres », et d’en conclure que « le facteur principal de réduction des émissions et d’amélioration de la qualité de l’air est désormais le renouvellement du parc » automobile. Et que feront de l’ancienne ceux qui achètent une nouvelle voiture ? Du compost ? Ou plutôt la vendre à d’autres pays moins regardants ? (Mais toujours situés sur la même planète.) La « voiture propre » est un oxymore : seuls les moyens de transport sans moteur sont vraiment propres, et seule une réduction massive du nombre du véhicules polluants pourrait contribuer significativement à une diminution de la pollution et de l’effet de serre.

Autre résultat admirable du travail du lobby auto, la limitation de l’affichage de la nouvelle étiquette Energie, annoncée le 9 mai par le Ministère de l’Ecologie et dont l’objet est d’améliorer l’information du grand public concernant les émissions de CO2 et les consommations en carburant des véhicules particuliers neufs. Initialement prévue pour être largement diffusée, cette étiquette Energie ne sera finalement rendue obligatoire que chez les concessionnaires automobiles. Pourtant si, comme l’affirme le CCFA, les voitures neuves sont dorénavant bonnes pour la qualité de l’air, pourquoi les constructeurs refusent-ils de rendre largement public les chiffres de leurs pollutions ?

Vélorution exige que cette étiquette Energie soit imposée sur l’ensemble des outils promotionnels automobiles et étendue aux deux roues motorisés. Pour avoir un minimum d’impact dans les choix des consommateurs et contrebalancer l’omniprésence publicitaire, cette étiquette doit être apposée de façon lisible et compréhensible sur chaque support publicitaire visuel et audio.

Vélorution demande également que de nouvelles normes anti-pollution soient élaborées et surtout qu’une politique nationale de réduction massive des transports polluants, fondée sur une réduction de l’usage des véhicules à moteur, soit mise en œuvre rapidement.

Contre le cynisme du lobby auto, Vélorution se mobilise pour rappeler sans cesse que la voiture pollue et détruit nos villes et nos vies.
La bagnole c’est sale et ça tue ; point.


Qu’est ce que la Vélorution ?

Vélorution est un regroupement d’individus réunissant cyclistes, rollers, piétons et automobilistes raisonnables autour d’un objectif commun : diminuer la place de la voiture dans notre société.
Né d’un forum de discussion sur Internet, ce mouvement dénonce une fuite en avant vers toujours plus de consommation, de production, de profit... et de pollution !

Vélorution organise des manifestations mensuelles le premier samedi de chaque mois à 14h place du Châtelet à Paris. Ces manifestations suivent le concept de "critical mass" en bloquant la circulation automobile afin de faire entendre la "voie" du vélo.

Voir le site de la Vélorution !

- Vélorution est un regroupement de cyclistes, rollers et piétons, autour d’un objectif commun : la diminution de la place des transports individuels motorisés et polluants (voitures, motos et scooters) dans notre société.
- Vélorution a pour buts de promouvoir l’utilisation du vélo pour les déplacements et d’inciter automobilistes et motards à abandonner leur véhicule.
Les vélorutions sont des manifestations revendicatives qui ont lieu un peu partout en France. À Paris, le rendez-vous est le 1er samedi de chaque mois, à 14h00 place du Châtelet.
- « Les cyclistes veulent recycler les terres empoisonnées par la voiture, en commençant par reconquérir pacifiquement la rue. Un partage juste et sans danger de l’espace public pour tous les usagers passe par la réduction de la vitesse des voitures et des motos en ville. Ce qui sera une étape dans le processus de leur éradication... » (Nicolas Carnoz, président d’honneur de la Vélorution)
- « Entre des hommes libres, des rapports sociaux productifs vont à l’allure d’une bicyclette, et pas plus vite. » (Ivan Illich)

Vélorution ! : manifestation du 3 juillet 2004

Vélorution ! : manifestation du 3 juillet 2004