logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Impacts et conséquences > Pollution & santé > Une limite de l’adaptabilité au changement climatique imputable au stress causé par la chaleur
Une limite de l’adaptabilité au changement climatique imputable au stress causé par la chaleur
date 24 mars 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Proceedings of the National Academy of Sciences - 24 mars 2010

- Thème : Impacts et conséquences, pollution & santé
- Titre : Une limite de l’adaptabilité au changement climatique imputable au stress causé par la chaleur
- Titre original : An adaptability limit to climate change due to heat stress
- Auteur : S. C. Sherwood et al.
- Revue : Proceedings of the National Academy of Sciences
- Date de parution : 24 mars 2010
- Lien de consultation : http://www.pnas.org/content/107/21/...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Dans cette étude, les scientifiques se sont intéressés à l’impact d’une augmentation importante de la chaleur pour les humains au niveau planétaire. La conclusion est qu’alors que l’hypothèse couramment admise est que l’adaptabilité des Hommes au réchauffement climatique n’est censé ne dépendre que de facteurs purement économiques et technologiques, il existe en réalité une limite physique et biologique au-delà de laquelle l’augmentation des températures devient pour eux un facteur limitant, le corps humain ne parvenant plus à réguler suffisamment son niveau de chaleur.
Tout dépassement de 35° de température sur des périodes prolongées provoquerait une hyperthermie chez l’homme et les mammifères, l’évacuation de la chaleur métabolique devenant impossible. Alors que cela n’arrive jamais actuellement, cela commencerait à survenir avec une augmentation moyenne de température d’environ 7°, rendant certaines régions inhabitables. Avec une augmentation de température planétaire de 11-12°, de telles régions couvriraient celles où habite la majorité de la population humaine telle qu’elle est actuellement répartie. Les scientifiques en concluent également que l’impact économique du réchauffement climatique est aujourd’hui gravement sous-évalué, et devrait être revu à la hausse pour prendre en compte ces conclusions en termes d’adaptabilité physiologique de l’espèce humaine.


Consultez l’article : [http://www.pnas.org/content/107/21/...]