logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Une feuille de route de l’après-2012 pour le protocole de Kyoto
date 29 mai 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Une feuille de route de l’après-2012 pour le protocole de Kyoto

Les pays signataires du protocole de Kyoto se sont entendus à Bonn sur
une "feuille de route" destinée à fixer au-delà de 2012 de nouveaux
objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de
serre.

Les dernières données scientifiques et économiques disponibles sur les
changements climatiques au plan mondial, et leurs conséquences,
donnent des raisons de fixer de nouveaux objectifs, sont convenus les
représentants de 160 pays qui étaient réunis à Bonn, depuis le 15 mai.
"Le groupe s’est mis d’accord sur un ambitieux programme destiné à
fixer de nouveaux objectifs de réduction des émissions", a déclaré
Richard Kinley, le directeur du secrétariat de l’Onu au changement
climatique.
Les négociations dureront au moins deux ans, ont déclaré des délégués.
Malgré la volonté affichée des pays réunis à Bonn d’aller de l’avant,
le Canada a déclaré il y a peu ne pas pouvoir réaliser ses objectifs
de réduction, a rappelé Michael Zammit Cutajar, le chef du groupe
responsable des négociations sur l’après-2012.
"Il est très important que le Canada reste parmi nous. Si le Canada
part, l’édifice commencera à se fragiliser", a-t-il déclaré.
De son côté, le Japon, un autre pays signataire du protocole, n’a pas
garanti sa participation aux objectifs de l’après-2012, au terme de
l’expiration de Kyoto.

ENGAGEMENTS AMERICAINS

Les Etats-Unis, plus gros pays pollueur au monde, qui s’est retiré du
protocole de Kyoto en 2001, ne sont pas partie prenante de l’accord
trouvé à Bonn sur la recherche de nouveaux objectifs.
Dans un entretien accordé à l’agence Reuters, Klaus Töpfer, directeur
général du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), a
regretté la défection des Etats-Unis, mais a rappelé que des
engagement étaient pris à petite échelle sur le territoire américain.
"Allez en Californie, allez en Nouvelle-Angleterre. Les maires de
grosses villes américaines disent ’Nous voulons respecter les
objectifs de Kyoto’. C’est aussi le cas de beaucoup de grosses
sociétés. General Electric et BP par exemple, tentent de réduire leurs
émissions de CO2, pas seulement dans les discours, mais grâce à des
actions concrètes."

Le protocole de Kyoto oblige 35 pays riches à réduire d’au moins 5,2%
à l’horizon 2008-2012 leurs émissions de gaz à effet de serre, par
rapport à leurs niveaux de 1990.
Une commission ad hoc avait déjà été mise sur pied pour ouvrir la voie
à des négociations sur l’après-2012 lors d’une précédente réunion sur
le protocole de Kyoto, à la fin de l’année 2005.

"Après deux semaines de négociations, les freins sont desserrés et le
processus avance", a affirmé Jennifer Morgan, directrice de groupe sur
le changement climatique chez WWF.
"Le sort du monde n’a pas été réglé à Bonn", a déclaré Bill Hare de
Greenpeace. "Mais nous avons fait un pas en avant."

vendredi 26 mai 2006, (c) Reuters