logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Comprendre et réagir > Adaptation > Un climat à la dérive : comment s’adapter
Un climat à la dérive : comment s’adapter
date 24 juin 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Rapport de l’Observatoire national des effets du réchauffement climatique (ONERC) au Premier ministre et au Parlement, 24 juin 2005

Un climat à la dérive : comment s’adapter

Pour télécharger ce rapport au format PDF (1,3 Mo), visiter la page du site Internet de l’ONERC en cliquant ICI

Sommaire :

Chapitre I.Les événements extrêmes
Chapitre II. Les signes du changement
Chapitre III. La vulnérabilité au changement climatique
Chapitre IV. Les stratégies d’adaptation
Chapitre V. Conclusions et recommandations

Extrait de l’introduction :

" Le changement climatique est en cours, et nous en constatons déjà un certain
nombre de conséquences, qui ne feront que s’amplifier. Cela signifie qu’une politique globale et équilibrée doit forcément aujourd’hui reposer sur deux piliers :
- d’une part, la poursuite des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de
serre et d’abord atteindre les objectifs du protocole de Kyoto ;
- d’autre part, la mise en œuvre d’une véritable politique d’adaptation pour
aider les territoires à affronter dans les meilleures conditions les impacts liés au
changement climatique.

Ce premier rapport s’efforce de proposer les grandes lignes d’un cadre général
pour la mise en œuvre d’une stratégie d’adaptation à la dérive du climat.
Les rapports annuels ultérieurs de l’ONERC traiteront de la question des
impacts secteur par secteur ainsi que région par région. Cette méthode est
incontournable pour anticiper et non pas subir des changements annoncés et
qui pour bien d’entre eux sont devenus irréversibles.
En matière d’adaptation au réchauffement climatique, si on excepte les mesures
qui ont été prises après la catastrophe de la canicule de l’été 2003, force
est de constater que rien n’existe aujourd’hui.
Nous abordons donc un domaine nouveau, relevant de la gestion des risques,
dont les conséquences, sociales, économiques, sanitaires et environnementales
sont colossales et porteur d’éléments de déstabilisation de l’économie
comme de changements profonds sur les modes de vie des Français.
L’attentisme aurait un coût autrement plus onéreux que la mobilisation des
moyens nécessaires pour répondre à cet enjeu."