logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Généralités & Mécanismes > Un changement climatique irréversible dû aux émissions de dioxyde de carbone
Un changement climatique irréversible dû aux émissions de dioxyde de carbone
date 26 janvier 2009
texte+ texte- google twitter facebook

National Academy of Sciences - 26 janvier 2009

- Thème : Changements climatiques, généralités et mécanismes
- Titre : Un changement climatique irréversible dû aux émissions de dioxyde de carbone
- Titre original : Irreversible climate change due to carbon dioxide emissions
- Auteur : S. Solomon et al.
- Revue : Proceedings of the National Academy of Sciences
- Date de parution : 26 janvier 2009
- Lien de consultation : http://www.pnas.org/content/early/2...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Selon cette étude, les effets du réchauffement climatique dûs à une augmentation de la concentration atmosphérique du dioxyde de carbone continuent à se faire sentir pendant une très longue période d’au moins 1000 ans, même après que les émissions responsables de cette augmentation ont cessé. Cela s’explique par le fait qu’alors qu’une diminution de la concentration atmosphérique en CO² et du forçage radiatif afférent est observée une fois que les émissions cessent, l’inertie thermique des océans, dont les températures peuvent rester plus élevées pendant une très longue période, compense largement cette diminution. Une augmentation au cours du 21ème siècle de la concentration atmosphérique en CO², du niveau actuel de 385 parties par million (ppm) jusqu’à un niveau compris dans une fourchette de 450 à 600 ppm, pourrait alors avoir de multiples conséquences, dont une élévation minimale du niveau des océans de plusieurs mètres au cours du prochain millénaire du fait de la fonte des glaciers et des nappes glaciaires.


Consultez l’article : [http://www.pnas.org/content/early/2...]