logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Comprendre et réagir > Un accord mondial sur le climat indispensable
Un accord mondial sur le climat indispensable
date 11 février 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Changements climatiques : comprendre et réagir DEPUIS 1995, LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE se réunit chaque année afin de débattre et de prendre des décisions en matière de politique mondiale de lutte contre les changements climatiques.

À Copenhague fin 2009, les négociations sur le climat ont connu leur plus grave crise depuis leur création. Les 115 chefs d’Etats présents n’ont pas réussi à conclure l’accord mondial sur le climat attendu. A la place, une simple déclaration politique fut signée par quelques chefs d’Etat, mettant à mal la dynamique démocratique des Nations Unies.

Un an plus tard, lors de la conférence de Cancun, le cycle des négociations a pu reprendre son cours. Cela constitue un signal positif notamment pour les nations les plus vulnérables qui ont voix au chapitre au même titre que les autres pays selon les règles de l’ONU.

Cependant, si le processus existe toujours, la signature d’un accord mondial à même de limiter la crise climatique est encore loin. Pour preuve, les objectifs de réduction des émissions aujourd’hui sur la table (entre -12 et -18 %) sont très loin de ce qu’il faudrait pour éviter un déséquilibre de la machine climatique mondiale.

Il est aujourd’hui indispensable de redoubler d’efforts pour relancer efficacement les négociations internationales. Le défi le plus urgent est de renforcer le cadre légal mis en place depuis quinze ans au niveau international. Une deuxième période du Protocole de Kyoto (à partir de 2012) doit donc faire l’objet de toutes nos attentions. Ce n’est en effet que par la mise en place effective d’un droit international que nous serons en mesure d’apporter une réponse collective efficace à la hauteur du défi qui dépasse de loin les intérêts particuliers des États-nations.