logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Transports > Transport automobile > Transport automobile - Position du RAC-F > UE et émissions de CO2 des voitures : La France doit faire pression pour un objectif de 80 grammes de CO2/km en 2020
UE et émissions de CO2 des voitures : La France doit faire pression pour un objectif de 80 grammes de CO2/km en 2020
date 8 juin 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Le Réseau Action Climat et ses associations membres prennent acte de la proposition de la Commission européenne sur l’efficacité énergétique des véhicules neufs, et soulignent son manque d’ambition pour atteindre les objectifs européens de lutte contre le changement climatique et maintenir le leadership européen et français en la matière.



Selon Lorelei Limousin, chargée de mission transports au Réseau Action Climat « la proposition de la Commission montre que des solutions existent, à la fois pour résoudre la crise climatique, renflouer le porte-monnaie des ménages et sauver l’industrie automobile française. Afin de conserver le leadership européen en matière d’efficacité énergétique des véhicules, le gouvernement Français doit défendre auprès de ses homologues européens des objectifs encore plus ambitieux de réduction et surtout, de plus long terme. »

Les transports, « LE » secteur dont l’impact climatique s’aggrave

Le secteur des transports est responsable d’un tiers des émissions nationales de CO2, dont plus de la moitié est imputable aux voitures.

Le gouvernement français doit par conséquent développer des alternatives à la voiture afin de réduire l’impact de nos déplacements sur le climat. Malheureusement, la tendance actuelle est tout autre : la motorisation des ménages et la circulation routière continuent d’augmenter, d’où la nécessité d’améliorer significativement l’efficacité des véhicules.

Les voitures basse-consommation : un secteur d’avenir

C’est le but de la proposition de révision qui a été divulguée hier soir, un mois avant la date officielle de publication. Élaborée par la Direction Générale Climat de la Commission, elle confirme l’objectif de ramener la moyenne des émissions de CO2 des véhicules neufs à 95g de CO2/km pour 2020.

Graphique Courbe émissions CO2 voitures
Sur le graphique ci-dessus, on constate que l’objectif de 95 g de CO2/km en 2020 n’est que la prolongation de la tendance actuelle de réduction des émissions (période 2003-2012). Source : Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, Commissariat général au Développement durable)

Or cet objectif sera atteint sans effort supplémentaire par les constructeurs français. Le RAC et ses associations plaident donc pour l’adoption d’un objectif plus ambitieux de 80g de CO2/km et déplore l’absence d’objectif pour 2025. Sans une visibilité de long terme, les conditions resteront défavorables aux investissements et l’Union Européenne pourrait perdre sa place de leader sur le marché mondial de l’efficacité énergétique des véhicules.

Le secteur automobile s’est longtemps battu contre l’introduction de ces réglementations et continue à en affaiblir leur portée. Pourtant cette législation constitue une réelle opportunité pour l’innovation, notamment chez les entreprises françaises dont l’avantage compétitif dans le domaine n’est plus à prouver. En l’occurrence, la plupart des constructeurs devancent leurs objectifs 2015 et Renault s’est même fixé un objectif volontaire de 100gCO2/km pour 2016, plaçant l’objectif de 95g en 2020 à portée de main.

Une législation plus ambitieuse représenterait donc une opportunité forte pour l’industrie automobile française.

Une opportunité pour alléger la facture des ménages français

Le secteur des transports est largement dépendant au pétrole alors que la facture énergétique de la France a atteint les 60 milliards d’euros en 2011 (soit 1000 euros par an et par Français) !

Les plafonds d’émissions doivent permettre une diminution significative de la consommation de carburant, allégeant de fait le budget des ménages et cette facture énergétique faramineuse.

Selon Lorelei Limousin, « s’il est adopté, l’objectif de 95g de CO2/km en 2020 permettra d’économiser en moyenne 500 euros par an à la pompe à chaque conducteur européen. Avec un objectif de 80g de CO2/km, l’économie monte à 650 euros ! »

De plus, et contrairement aux dires de l’industrie automobile, les prix des nouveaux véhicules ont diminué ces dernières années malgré l’introduction des nouvelles technologies.

> Contact :

- Lorelei Limousin  : Chargée de Mission Transports - RAC–F : 01 48 58 00 20