logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Taxe sur les Transactions Financières : Combien pour le climat et le développement ?
date 31 janvier 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Suite à l’allocution télévisée du Président de la République, et son annonce concernant la création d’une taxe sur les transactions financières, le Réseau Action Climat constate que pas un centime ne sera alloué à la lutte contre le changement climatique ni au développement.

Communiqué du Réseau Action Climat – France d’Oxfam France, du WWF et de la Fondation pour la Nature et l’Homme


Montreuil, le 30 janvier 2012 - Suite à l’annonce du Président de la République de créer une taxe sur les transactions financières françaises, le Réseau Action Climat, WWF, Oxfam France et la Fondation pour la Nature et l’Homme souhaitent rappeler à Nicolas Sarkozy qu’il s’est maintes fois engagé à reverser la majorité des recettes à l’aide publique au développement et à la lutte contre le changement climatique.

En 2009, en 2010 et en 2011, le Président de la République s’était fait le porte-parole d’une taxe ambitieuse et solidaire.
Mais ca, c’était avant les élections présidentielles.

Le 29 janvier 2012, Nicolas Sarkozy a annoncé une taxe qui rapporterait au mieux 1 milliard d’€ chaque année, « là où la Grande Bretagne en récolte 4 milliards et Taiwan 3 milliards. On est très loin de la taxe à 6 à 12 milliards d’euros proposée par UNITAID en 2011 » souligne Alix Mazounie du Réseau Action Climat.

Au risque de se discréditer auprès de l’Afrique ou de l’Union Européenne, le Président a annoncé que le milliard collecté ira combler le déficit public (d’environ 97 milliards d’€) de la France.
Pour Benoit Faraco de la Fondation pour la Nature et l’Homme, « si les recettes de la taxe étaient substantielles, le Président ne serait pas obligé de trancher entre le déficit et ses engagements internationaux ».

Selon Luc Lamprière, directeur d’Oxfam France, « le choix est simple : soit Nicolas Sarkozy décide de corriger le tir en mettant sur la table une taxe sur les transactions financières digne de ce nom, soit la France aura manqué une occasion historique de contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté et le changement climatique ».


Contacts :


- Alix Mazounie : Réseau Action Climat – France (RAC-F) - 06 83 21 36 04

- Magali Rubino : Oxfam France - 01 56 98 24 45

- Benoit Faraco : Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) - 06 62 74 88 45