logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Stratégie européenne d’Union énergétique : Analyse du RAC
Stratégie européenne d’Union énergétique : Analyse du RAC
date 19 mars 2015 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le dossier complet du Réseau Action Climat en réaction au projet d’Union européenne de l’énergie

Lors du Conseil européen des 19-20 mars à Bruxelles, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Huit examinent la stratégie européenne d’Union énergétique, suite à une première proposition de la Commission européenne datant du 25 février 2015. Cette discussion est née de préoccupations pour la sécurité énergétique de l’Europe dans le cadre de la crise russo-ukrainienne. L’Europe est en effet le premier importateur mondial d’énergie, et demeure largement dépendante de la Russie pour ses importations de gaz, dont 15% transitent par l’Ukraine.

En Bref

- Sous le pilotage de l’ancien ministre polonais Donald Tusk, le Conseil européen devrait renforcer les incohérences de la stratégie européenne d’Union de l’énergie. Les mesures proposées sont en décalage avec la vision « d’éloignement des énergies fossiles », affichée dans les discours politiques.
- Les Vingt-Huit veulent développer une production d’énergie « domestique » et « à faibles émissions de CO2 ». En pratique, plutôt que mettre l’accent sur les énergies renouvelables, ils veulent pouvoir développer le gaz (notamment de schiste), le charbon et le nucléaire en Europe. Et l’efficacité énergétique – la solution la moins coûteuse et la plus simple pour renforcer notre sécurité énergétique – est encore trop peu priorisée.
- Le message que font passer les dirigeants européens est que les énergies renouvelables sont le principal coupable du non-fonctionnement du marché intérieur de l’énergie. C’est non seulement faux, mais ils ignorent aussi les nombreux avantages des énergies renouvelables en termes de protection du climat, de sécurité d’approvisionnement, de compétitivité et d’emploi.
- La France a effectué un ajout de dernière minute dans les conclusions du sommet, qui signale que l’Europe accentuera sa pression diplomatique auprès des autres pays, afin que ceux-ci déposent leurs propositions d’engagements suffisamment en amont de la Conférence de Paris en décembre.

Lire le dossier complet (en téléchargement ici) :