logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Sommet de Ban Ki Moon sur le climat : Qu’attendre de la France
Sommet de Ban Ki Moon sur le climat : Qu’attendre de la France
date 17 septembre 2014 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 17 septembre 2014 - Le 5ème rapport du GIEC est sans équivoque. Il y a urgence à agir contre les changements climatiques qui menacent la survie de nos économies nationales, de nos territoires, de notre patrimoine. Heureusement, celui-ci et tous les rapports publiés ces dernières années sont très clairs sur le fait qu’il existe des solutions face à la crise climatique. Ils rappellent aussi que ces solutions sont plus que bénéfiques pour nos économies, pour améliorer la santé publique, pour la paix internationale et la sécurité énergétique, pour lutter contre la pauvreté et créer une société de la prospérité.

Malgré cette évidence, nous sommes trop loin du compte. La France et l’Europe se fixent des objectifs bien trop faibles pour répondre à l’urgence climatique et n’investissent pas dans les solutions qui sont pourtant déjà mises en œuvre localement. Au contraire, la plupart des Etats continuent de financer massivement l’exploration et l’extraction d’énergies fossiles responsables du dérèglement climatique.

Le sommet organisé par Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations Unies, le 23 septembre prochain à New York doit être un moment clé dans la préparation des deux conférences des Nations Unies qui se dérouleront à Lima fin 2014 et à Paris fin 2015. L’objectif est clair. Nous devons réussir là où le sommet de Copenhague à échoué : adopter un accord mondial pour lutter efficacement contre les causes et les impacts des changements climatiques. Et le sommet de Paris ne fera pas de miracles si d’ici la, les Etats n’enclenchent pas de transitions écologiques au niveau national.

Le 23 septembre doit être le signal adressé à la communauté internationale, à l’économie réelle, au secteur financier et aux citoyens que oui, les chefs d’État sont prêts.

Prêts à enclencher une transition énergétique vers les énergies renouvelables et à enterrer définitivement les énergies fossiles. Prêts à tenir tête à ceux qui bloquent l’action climatique. Prêts à faire preuve de solidarité avec les pays pour qui cette transition exige un appui international. Prêts à agir et investir mais pas n’importe comment : dans la transition écologique sobre en gaz à effet de serre, il ne peut y avoir de place pour les fausses bonnes solutions au nom de l’urgence climatique (du nucléaire, aux OGM en passant par le charbon « propre », les agro-carburants et la géo-ingégniérie).

En tant qu’Etat, la France doit agir au niveau national pour une vraie transition écologique. En tant que présidente de la conférence qui doit sceller un accord à Paris, fin 2015, elle se doit d’être crédible et exemplaire. Le sommet de Ban Ki Moon, c’est le moment d’engager la France – son président, son gouvernement et ses citoyens - sur un agenda des VRAIES solutions aux changements climatiques. En arrêtant définitivement de subventionner et d’investir dans les énergies fossiles. En s’engageant notamment fortement à investir dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. En finançant l’adaptation aux changements climatiques au sud. En défendant des politiques européennes suffisamment ambitieuses.

La société civile sera fortement mobilisée de New York à Paris, en passant par le triangle de Gonesse en Ile de France, pour appeler le gouvernement français et les citoyens à refuser tout projet inutile, tout projet climaticide et déployer - enfin - de vraies solutions locales et globales face aux changements climatiques.



Le dossier complet : nos demandes au gouvernement, les informations pratiques des mobilisations







Contact presse Réseau Action Climat :

- A Paris : Célia Gautier, Politiques européennes : +33 6 72 34 00 27
- A New York : Alix Mazounie, Politiques internationales : +33 6 83 21 36 04