logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > Archives > Politiques climatiques par pays > Chine > Si les Chinois consommaient comme les Américains, l’impact sur la planète serait considérable
Si les Chinois consommaient comme les Américains, l’impact sur la planète serait considérable
date 13 octobre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Pétrole : la Chine gloutonne de ressources
Si les Chinois consommaient comme les Américains, l’impact sur la planète serait considérable.

Le très sérieux Earth Policy Institute (EPI), un think tank sur l’environnement basé à Washington, s’est livré à un exercice intellectuel lourd de conséquences. Il s’est interrogé sur l’impact pour la planète si chaque Chinois se mettait à vivre et à consommer comme un Américain. Le résultat, selon Lester Brown, le président de l’institut, est que « le rêve américain en Chine pourrait devenir le cauchemar du monde » (1).

- Un milliard de voitures.

En se basant sur la croissance chinoise (+8 % prévus en 2005, après +9,5 % par an en moyenne depuis vingt ans), l’EPI estime que, sauf accident, la Chine pourrait rattraper le revenu par habitant des Etats-Unis en 2031. Les Chinois seront alors 1,45 milliard, avec un revenu annuel par tête de 38 000 dollars. Vu le mode de vie adopté par la petite minorité de Chinois (quelques millions tout de même) qui en ont déjà les moyens, il n’est pas absurde de penser qu’ils voudront alors vivre « comme des Américains ».

Résultat : si les Chinois ont le même taux d’équipement en voitures que les Américains, ils en posséderont 1,1 milliard en 2031 (alors qu’il n’y en a « que » 795 millions dans le monde entier aujourd’hui) et il faudra construire une quantité astronomique de routes, parkings, etc. Si leur consommation d’énergie rejoint celle des Américains, il leur faudra l’équivalent de 99 millions de barils de pétrole par jour, alors que la production mondiale actuelle est de... 79 millions de barils par jour.

Il en va de même pour le charbon, dont la Chine est déjà le premier consommateur, devant les Etats-Unis. A ce rythme, la demande chinoise en 2031 serait, elle aussi, nettement supérieure à l’offre mondiale actuelle. Concernant le réchauffement climatique, la Chine émettrait à elle seule autant de gaz à effet de serre que le reste du monde.

Dans chaque secteur, les chiffres sont extravagants. La consommation de papier actuelle des Chinois n’est que de 27 kilos par habitant, contre 210 kilos pour les Américains. Un rattrapage chinois nécessiterait de doubler la production actuelle de pâte à papier dans le monde, avec les conséquences que l’on imagine pour les forêts (Libération du 10 mars). Si leur consommation de viande rejoint celle des Etats-Unis, les Chinois avaleront les quatre cinquièmes de la production actuelle... Idem pour les céréales avec les deux tiers de la production mondiale actuelle.

- Autre modèle.

La conclusion de Lester Brown : « L’objet de ces projections n’est pas de blâmer la Chine pour sa consommation, mais plutôt de comprendre ce qui se produit quand une large proportion de l’humanité progresse vite sur l’échelle économique globale. Nous y apprenons que le modèle économique que nous avons connu en Occident ­ basé sur les sources d’énergie fossiles, une économie de déchets ­ ne marchera pas avec la Chine tout simplement parce qu’il n’y a pas assez de ressources. » D’autant que l’Inde prend, elle aussi, le chemin de la croissance rapide, et que sa population devrait dépasser celle de la Chine autour de 2030.

Le directeur de l’EPI ne va pas au-delà de la recommandation de l’adoption rapide d’un autre modèle de croissance... qui n’existe pas encore. D’autant qu’il n’est évidemment pas question, dans sa recommandation, d’inviter l’Occident à consommer moins. En Chine, cet enjeu est déjà clairement perceptible avec une élite urbaine qui consomme comme les Occidentaux (voire pire, car les gaspillages énergétiques sont colossaux), et une prise de conscience environnementale naissante, mais qui ne semble pas encore à la mesure du défi. Un défi lancé aux Chinois. Et au monde.

(1) Le rapport est disponible sur www.earth-policy.org

Par Pierre HASKI - Liberation, 18 mars 2005
http://www.liberation.fr/page.php?A...