logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Sandrine Mathy : "La nécessité d’un contrôle rigoureux est forte"
date 3 novembre 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Sandrine Mathy : "La nécessité d’un contrôle rigoureux est forte"
La
présidente du Réseau Action Climat France analyse les enjeux de la
prochaine Conférence internationale de l’ONU sur les changements
climatiques.

- Qu’attendez-vous de la Conférence internationale de l’ONU sur les
changements climatiques qui débute lundi à Nairobi (Kenya) ?

Lors des négociations du protocole de Kyoto, George Bush avait refusé de s’
engager car il disait que le mode de vie des Américains n’était pas
négociable. Or, la publication du rapport Stern en Grande-Bretagne lance un
message fort pour agir sans attendre. Pour la première fois, un rapport
prend en compte le phénomène du réchauffement climatique sous tous ses
aspects, notamment son coût. Face à la perspective d’une crise économique
de grande ampleur évoquée par le rapport, on espère que des pays comme les
Etats-Unis et l’Australie s’engageront à réduire leurs émissions de gaz à
effet de serre (GES), aussi pour sauvegarder leur mode de vie.

Concrètement quel effort de réduction des GES est nécessaire pour
contraster le réchauffement climatique ?

L’objectif de l’Europe est que le réchauffement de la planète reste
inférieur à + 2°C par rapport à la moyenne des températures de 1900.
Aujourd’hui on est à + 0,6°C et selon les prévisions, si rien n’est fait,
en 2100 nous serons à + 6°C . Pour atteindre leur objectif, les pays
industrialisés doivent diviser par quatre leurs émissions de GES d’ici
2050. En France, la loi d’orientation sur l’énergie de 2005 s’engage à le
faire. Mais nous pensons que 2050 est une échéance trop longue par rapport
à la durée des mandats politiques et souhaitons que l’on fixe l’objectif à
moyen terme de réduire les émissions de GES de 30 % au niveau européen pour
2020.

Quelle place pour les pays en voie de développement dans ce système ?

Il est difficile d’obtenir des engagements de la part des pays en voie de
développement, car ils ne veulent pas hypothéquer leurs chances de
croissance économique. L’un des gros problèmes est par exemple l’
utilisation du charbon dont la Chine et l’Inde sont riches et qui
représente une source d’énergie bon marché, mais très polluante. Au même
temps, viser à investir dans les énergies renouvelables permet de se
défaire de la dépendance pétrolière. Le protocole de Kyoto a mis en place
le Mécanisme pour un Développement Propres (MDP) qui permet à des
investisseurs de réaliser des projets dans les pays en voie de
développement avec le double objectif de réduire les émissions de GES du
pays hôte et de contribuer à son développement économique durable. En
retour, l’investisseur, publique ou privé, reçoit des Unités de Réduction
Certifiée des Emissions (REC) égales aux réductions réalisées, qu’il pourra
comptabiliser pour remplir son propre engagement de réduction d’émissions.

- Comment s’assurer que ces projets remplissent les deux objectifs de
réduction des GES et contribution au développement ?

Sous l’égide de la Convention climat de l’ONU, un conseil exécutif évalue
le projet en comparant un scénario avec le projet en question et un
scénario sans. Pour que ce bureau puisse fonctionner correctement, les pays
industrialisés doivent répondre au plus vite aux engagements pris pour son
financement. La nécessité d’un contrôle rigoureux est forte car la période
de Kyoto commence en 2008 et avec elle le marché des crédits carbone. Les
investisseurs peuvent essayer de détourner les règles pour obtenir un
maximum de crédits avec des projets qu’ils auraient réalisé quand même. En
2002, le WWF a lancé le Gold Standard, un système d’évaluation des MDP plus
rigoureux de celui du Conseil exécutif pour mettre l’accent sur le principe
de qualité des projets.

- Quels sont les bénéfices pour les pays en voie de développement ?

Le but du Mécanisme pour un Développement Propre est d’encourager les
investissements dans les pays en développement afin de favoriser le
transfert de technologies respectueuses de l’environnement et de promouvoir
le développement durable. Mais beaucoup reste à faire. Si vous regardez une
carte des MDP dans le monde, vous verrez qu’ils se concentrent en Asie et
en Amérique latine. L’Afrique reste largement exclue des projets et il est
difficile de renverser la tendance lorsque ce sont les investisseurs qui
choisissent la destination de leurs fonds.

02-11-2006 Nadia Loddo Metro France
http://www.metrofrance.com/fr/artic...
=1