logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Robert Injey
date 1er janvier 2014 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Robert Injey nous a répondu.
Ses réponses à notre questionnaire sont disponibles ci-dessous





Urbanisme

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. D’imposer, dans le cadre de la révision de votre PLU, des zones de performance énergétique renforcée dans certains quartiers ou projets urbains comme cela est permis par les lois « Grenelle » ?

Oui.
Voici les extraits de notre programme sur le thème de l’urbanisme :
« Pour un aménagement écologique, solidaire et démocratique de la ville :

Dans l’optique d’un aménagement démocratique, social et écologique, nous voulons des espaces urbains plus vivables, une ville qui favorise la mixité sociale, les liens sociaux et le renforcement des coopérations entre les territoires. Pour cela nous proposons de :

Conserver et reconquérir une véritable ceinture verte et des poumons verts en cœur de ville en renforçant l’existence de parcs dans tous les quartiers de Nice.
Stopper le bétonnage de la plaine du Var et la multiplication des implantations ou extensions de grandes surfaces qui détruit le commerce de proximité.
Renoncer au déplacement du MIN à la Gaude. Le MIN peut-être reconstruit sur une partie de son ancien site et connecté directement à la future gare multimodale.
Mettre à profit le départ du Gym du Ray pour réaliser sur le quartier du Ray des projets qui constituent des références d’un point de vue écologique et répondent aux besoins des populations (espaces verts, équipements sportifs, de loisirs et de culture, logements sociaux, crèches et maisons de retraite publiques...).
Préserver des grands bateaux de croisières l’écrin que constitue le quartier du port.
Mobiliser les terrains en friche pour créer des jardins partagés ou des potagers municipaux dans les quartiers, outils de subsistance, de coopération, d’écologie et de partage.
Sanctuariser les zones de nidification dans la plaine du Var.
Revégétaliser les rues de Nice. »

Une économie au service de l’emploi :

La stratégie économique de la Métropole vise exclusivement à la mise en concurrence des territoires largement financée sur des fonds publics. Nous voulons donner la priorité à la coopération, aux investissements créateurs d’emplois pérennes, à la transition écologique et au développement de nouvelles productions.

Engager résolument, en ce moment de crise écologique, notre Ville et la Métropole pour créer et développer des productions locales de grande qualité, notamment dans le secteur de l’alimentaire et de l’agriculture bio.
Favoriser le commerce de proximité. Le petit commerce se meurt, victime de la prolifération des grandes surfaces et de la spéculation immobilière ; il y a urgence à engager une action volontariste pour redonner du souffle au commerce de proximité, acteur de la vie de nos quartiers.


2. Le développement d’une politique opérationnelle et/ou prescriptive pour favoriser le maintien des commerces et des services de proximité en ville et de stabiliser, voire réduire, la consommation d’espace due aux activités économiques (zones commerciales, hypermarchés, etc.) ?

Oui. Voir la réponse à la question 1.

3. De favoriser la densification (hors immeubles de grande hauteur) autour des gares, le long des lignes de transport en commun ou des réseaux de chaleur ?

Oui, voir la réponse à la question 1

4. La mise en place d’une politique de végétalisation de la ville pour favoriser la biodiversité urbaine, lutter contre les îlots de chaleur urbains, etc. ?

Oui, voir la réponse à la question 1


Mobilité

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. La création de nouvelles lignes de transports en commun en site propre de qualité (exemple : bus à haut niveau de service) ?

Oui.
Déplacements :

Nous faisons le choix d’un développement soutenu et intelligent des transports collectifs pour faire face à l’urgence écologique et à l’urgence économique. Ce choix répond à l’exigence d’améliorer les conditions de vie de nos concitoyen-nes dont les besoins de déplacement sont croissants. Il est aussi de notre responsabilité, devant les impératifs environnementaux, d’agir efficacement contre le réchauffement climatique et la pollution : c’est un enjeu majeur des sociétés d’aujourd’hui.

Offrir une véritable alternative à l’utilisation de la voiture en ville 

Notre but est de permettre à tous et toutes de se déplacer efficacement en économisant l’énergie, en limitant les dégagements de gaz à effet de serre et les particules fines. Il s’agit donc de réduire l’utilisation de la voiture en ville en proposant de réelles alternatives : cela nécessite de développer le maillage territorial des transports collectifs et en modes doux.

Renforcer le développement des transports collectifs et des modes doux de déplacement (à pied, en vélo).
Faire de la ville un endroit de desserte et non plus de transit, au moyen de plans de circulation qui incitent les automobilistes à utiliser les transports en commun.
Sur les grands axes, favoriser les transports en commun en site propre.
Développer un véritable réseau de pistes cyclables cohérent et sécurisé : cela nécessite des aménagements spécifiques, avec des parkings à vélos, des signalétiques adaptées et visibles, des revêtements adaptés dans une optique de sécurité, la continuité des itinéraires. Le site-propre sera privilégié et des rues seront dédiées aux vélos. Notre ambition, dès 2016, est de faire de Nice un exemple de ce mode de déplacement.
Mettre les parkings en régie communautaire en alternative aux logiques de délégation des services publics.
Renforcer l’offre de parkings de dissuasion gratuits, sécurisés et connectés efficacement au réseau de transport en commun.
Mettre en place systématiquement dans tous les parkings la tarification pour les résident-es afin de favoriser l’utilisation des transports en commun ou les modes doux de déplacement.


2. La mise en place d’un grand plan vélo, comprenant le développement d’itinéraires cyclables sécurisés, de stationnements vélo en particulier aux abords des stations de transport collectif, de services dédiés au vélo (maison du vélo/des mobilités, ateliers de réparation de vélos, information, etc.) ?

Oui, voir réponse à la question 1

3. De passer votre ville en zone 30 km/h (hors axes pénétrants et de grand transit) ?

Oui, voir réponse à la question 1


Bâtiments

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Le lancement d’un grand programme de rénovation lourde des bâtiments privés, incluant l’information et l’accompagnement des ménages (de type OPAH énergie ou OPATB) ?

Oui, voir réponses énergie

2. Le lancement d’un programme de mobilisation et de structuration des professionnels de la rénovation énergétique par exemple en s’appuyant sur la rénovation du parc public ?

Oui, voir réponses énergie

3. L’adoption d’un référentiel haute performance énergétique portant à la fois sur la construction et la rénovation des bâtiments et relatif aux logements sociaux, aux logements privés et aux bâtiments tertiaires ?

Oui, voir réponses énergie

4. Pour aider les ménages en précarité énergétique à en sortir, la mise en place d’un service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie (SLIME), comprenant des visites à domicile ?

Oui, voir réponses énergie

5. L’exonération partielle ou totale de taxe foncière pour les foyers réalisant une rénovation lourde de leur logement ?

Oui, voir réponses énergie


Gestion, production et distribution de l’énergie

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Si votre collectivité est desservie par un ou plusieurs réseau(x) de chaleur, de vous appuyer sur cet outil pour mettre en œuvre votre politique énergétique (alimentation du réseau par des énergies renouvelables et/ou de l’énergie fatale, mesures de maîtrise de l’énergie, déploiement des réseaux, procédure de classement du réseau pour obliger le raccordement des nouveaux bâtiments, etc.), soit :
- via une maîtrise publique ou
- via une négociation avec le délégataire de service public

Oui via une maîtrise publique.
Voici les extraits de notre programme sur le thème des bâtiments et de l’énergie :

L’objectif est : d’une part la sobriété énergétique, d’autre part l’utilisation au maximum d’énergies renouvelables et non-polluantes. Dans cette optique, la politique des transports a un rôle majeur à jouer mais d’autres mesures sont à prendre. Nous proposons donc de :

Mettre en œuvre un plan de rénovation de l’habitat avec pour objectif de diminuer la consommation d’énergie.
Renforcer l’utilisation de nouvelles énergies non polluantes comme la géothermie ou le solaire.
Faire un bilan énergétique des infrastructures publiques pour établir un calendrier prévisionnel de diminution de la consommation, l’administration et les services publics devant être exemplaires dans la mise en œuvre et la promotion de la sobriété énergétique.


2. Le renforcement de votre rôle de concédant sur les réseaux d’électricité et de gaz, en assurant un meilleur contrôle des concessions, la cohérence de l’action du concessionnaire avec les orientations de la collectivité, l’accès aux données de consommation et de production de votre territoire et en vous assurant de l’optimisation des investissements sur les réseaux (notamment en orchestrant la coordination entre les investissements dans les différents réseaux) ?

Oui, voir réponse à la question 1

3. La montée en compétences de vos services afin d’aller vers une véritable planification des réseaux d’énergie (gaz, électricité, chaleur) en cohérence avec vos projets urbains (par exemple via un schéma directeur de l’énergie) ?

Oui, voir réponse à la question 1

4. Le développement de politiques de partenariats avec la Région et les zones rurales avoisinantes afin de travailler dans des logiques de solidarité autour de la production d’énergies renouvelables nécessaires à l’atteinte de vos objectifs climat-énergie ?

Oui, voir réponse à la question 1


Agriculture – Alimentation

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. L’adoption d’un objectif quantifié et d’un programme de mise en place de menus bas carbone et élaborés à partir de produits locaux (ex. un menu végétarien et/ou biologique et local par semaine) dans la restauration collective gérée par la commune ou l’agglomération, notamment pour ce qui concerne les établissements scolaires ?

Oui.
Extrait de notre programme sur ce thème :
Une ville éco-responsable
Pour y parvenir, il faut :
Assurer des débouchés pour les produits agricoles locaux. La Ville doit agir en client responsable, en choisissant des produits bio, des productions liées aux activités agricoles locales (et sans OGM) pour les cantines, les centres de loisirs et les maisons de retraites.


2. L’adoption d’un objectif chiffré et d’un programme d’installation et/ou de maintien dans votre territoire d’exploitations agricoles biologiques et/ou pratiquant l’agro-écologie durant la durée de votre mandat, dans le respect notamment des engagements nationaux du Grenelle de l’environnement dans ce domaine ?

Oui.
Extrait de notre programme sur ce thème :
Pour un aménagement écologique, solidaire et démocratique de la ville :

Dans l’optique d’un aménagement démocratique, social et écologique, nous voulons des espaces urbains plus vivables, une ville qui favorise la mixité sociale, les liens sociaux et le renforcement des coopérations entre les territoires. Pour cela nous proposons de :

Conserver et reconquérir une véritable ceinture verte et des poumons verts en cœur de ville en renforçant l’existence de parcs dans tous les quartiers de Nice.
Stopper le bétonnage de la plaine du Var et la multiplication des implantations ou extensions de grandes surfaces qui détruit le commerce de proximité.
Agir pour la reconquête des terres fertiles, avec intervention des collectivités territoriales par le biais des préemptions et une modification en conséquence du PLU.
Promouvoir et faciliter l’implantation d’agriculteurs/agricultrices.
Mobiliser les terrains en friche pour créer des jardins partagés ou des potagers municipaux dans les quartiers, outils de subsistance, de coopération, d’écologie et de partage.



Déchets

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Le soutien à la création de ressourceries/recycleries ou d’infrastructures favorisant la récupération, la réparation et le réemploi des meubles, jouets, vélos et autres objets pouvant bénéficier d’une seconde vie (après nettoyage, remise en état et éventuellement « relooking » ) ?

Oui.
Extraits de notre programme sur le thème des déchets :
Déchets

Le traitement des déchets est l’un des plus graves problèmes de notre ville et du département sur le plan écologique : ce traitement doit être mutualisé à l’échelle intercommunale, avec la généralisation du tri sélectif/recyclage en amont, l’ouverture de centres de traitement des déchets répartis dans toute l’agglomération et la recherche d’alternatives à l’incinération. Pour cela nous proposons de :

Réduire la production de déchets avec un cahier des charges municipal (industriels et aussi contrats et appels d’offre en général).
Rendre les déchetteries accessibles et gratuites, favoriser tous les modes de réutilisation (réparation, troc, récupération) créer des recycleries.
Renforcer le tri sélectif en généralisant les points d’apport volontaire et en menant une véritable campagne d’information et d’éducation au tri, à destination de toutes et tous mais particulièrement des plus jeunes.
Viser à terme la fin de l’incinération : elle est dangereuse pour la santé des riverains et l’environnement où sont dispersés des polluants. Un calendrier de réduction de l’incinération s’impose avec le double objectif : engager un processus avec l’objectif d’incinération zéro en 2018 et de fermeture de l’incinérateur de l’Ariane comme cela avait été promis dans la première version du PEDMA (2004).
Faire effectuer par des organismes totalement indépendants les analyses sur les pollutions et les incidences sanitaires de l’incinérateur.


2. La mise en place de mesures de réduction de la quantité de biodéchets dans les ordures ménagères en milieu urbain, en développant le compostage individuel et collectif et/ou la collecte sélective des biodéchets (pour compostage ou méthanisation) ?

Oui, voir réponse à la question précédente


Eco-responsabilité

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. L’adoption de critères d’éco-conditionnalité pour l’ensemble des aides et financements octroyés par votre ville (aux entreprises, aux associations, aux particuliers, aux bailleurs sociaux...) ?

Oui.
Extraits de notre programme sur ce thème :
Faire un audit de la situation actuelle :

Faire un audit de la dette (Nice et Métropole), des délégations de services publics et des partenariats public –privé.
Faire un audit sur la réalité de l’efficacité des subventions aux entreprises, où la Métropole, y compris dans sa rivalité avec Sophia-Antipolis, en rajoute. En lien avec la mise en place de l’Observatoire citoyen, nous voulons engager un véritable examen de ces subventions et les conditionner à des critères en terme d’emplois, de formation, et d’écologie.


2. L’intégration de clauses environnementales dans tous les marchés publics de votre commune ?

Oui, voir réponse à la question précédente.


Gouvernance

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Que votre politique énergie-climat soit débattue et décidée au niveau intercommunal ?

Oui.
Extraits de notre programme sur ce thème :
Une ville éco-responsable
Pour y parvenir, il faut :
Mettre en place une vice-présidence métropolitaine de planification écologique et une veille écologique d’expertise citoyenne, indépendante des pouvoirs publics, à l’échelle de la Métropole.




Télécharger la réponse complète de Robert Injey