logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Report de l’écotaxe poids lourds : Le ministre des transports sacré « poids lourds » du gouvernement !
Report de l’écotaxe poids lourds : Le ministre des transports sacré « poids lourds » du gouvernement !
date 12 septembre 2013
texte+ texte- google twitter facebook

Le ministre des transports a décidé de reporter une nouvelle fois la mise en œuvre de l’écotaxe poids lourds, arguant d’un mauvais fonctionnement du système de perception de cette taxe.



Le ministre des transports a décidé de reporter une nouvelle fois la mise en œuvre de l’écotaxe poids lourds, arguant d’un mauvais fonctionnement du système de perception de cette taxe. Pourtant, cette taxe est inscrite dans la loi Grenelle de 2009 et a été mise en place avec succès dans plusieurs pays d’Europe (Suisse, Allemagne, Autriche, République Tchèque). Ce nouveau report porte à plus de deux ans les retards accumulés, soit une perte pour le budget de l’Etat qu’il est possible d’évaluer à plus de 2 milliards d’euros. L’aide accordé au transport routier est donc significative et explique en partie les difficultés connues par le fret ferroviaire.

Si l’on ajoute la possibilité, pour le transport routier d’utiliser des camions de 44 tonnes dont le coût supplémentaire pour les infrastructures avoisine les 500 millions d’euros par an et le remboursement partiel de taxe sur le carburant (TICPE) qui grève le budget annuel de l’Etat de 300 millions supplémentaires, il est peu de dire que le transport routier est un secteur qui est hautement privilégié. Pourtant, en vertu de la loi Grenelle, la part du fret ferroviaire doit atteindre 25% du transport de marchandises en 2022.

Au regard des effets sur le climat, sur la santé des riverains et sur l’insécurité routière, la politique menée en matière d’aides au transport routière est parfaitement scandaleuse. Négliger tous ses coûts externes, et multiplier les dérogations, c’est renforcer, à tort, la compétitivité du routier au détriment des modes de transport moins polluants.

Enfin, depuis sa nomination, le ministre des transports, loin de rompre avec ses prédécesseurs, n’a eu de cesse de militer en faveur de la construction de nouvelles infrastructures autoroutières. L’énergie déployée par le ministre des transports a eu pour effet d’inscrire au rang de priorités du plan d’investissement d’avenir par moins de 6 projets autoroutiers.

Pour l’ensemble de son action en faveur du transport de fret par camion, Agir pour l’Environnement et le Réseau Action Climat viennent de décerner au ministre des transports le prix du « poids lourds » du gouvernement en lui remettant officiellement son diplôme de "vieux routier de la politique" ainsi qu’un magnifique modèle réduit de camion.