logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Points de ruptures et changements dangereux > Réponse du système climatique à des scénarios de très hautes émissions de gaz à effet de serre
Réponse du système climatique à des scénarios de très hautes émissions de gaz à effet de serre
date 5 juillet 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Environmental Research Letters – 5 juillet 2011

- Thème : Changements climatiques, points de rupture & changements dangereux
- Titre : Réponse du système climatique à des scénarios de très hautes émissions de gaz à effet de serre
- Titre original : The response of the climate system to very high greenhouse gas emission scenarios
- Auteur : B. M. Sanderson et al.
- Revue : Environmental Research Letters
- Date de parution : 5 juillet 2011
- Lien de consultation : http://iopscience.iop.org/1748-9326...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude a consisté à explorer les conséquences d’un scénario de très fortes émissions de gaz à effet de serre (GES) au cours du 21ème siècle, alors que sont généralement étudiés les scénarios de niveaux d’émissions bas. Les chercheurs se sont basés sur deux scénarios encore plus élevés que le scénario A1F1 du GIEC, qui est le plus pessimiste qui soit considéré et étudié dans les dernières publications de cet organisme. Les conséquences modélisées de ce scénario seraient une élévation de la température supérieure de 2°K au scénario A1F1, une disparition totale de la glace arctique d’ici à 2070, ainsi qu’une élévation du niveau des océans supérieure de 43 % aux hypothèses du scénario A1F1. Par ailleurs, certaines régions telles que le centre des Etats-Unis, le plateau tibétain et l’Alaska subiraient une hausse des températures maximales supérieures de 300 % à 400 % par rapport au scénario A1F1. Or les émissions de GES étaient en 2010 équivalentes à 96 % de celles prévues par ce dernier scénario, laissant penser qu’il est en passe d’être réalisé voire dépassé, d’où l’utilité d’en prévoir les conséquences potentielles.


Consultez l’article : [http://iopscience.iop.org/1748-9326...]