logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Ouverture de la Conférence Environnementale : réaction du RAC-F
Ouverture de la Conférence Environnementale : réaction du RAC-F
date 14 septembre 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 14 septembre 2012 – Dans le discours du Président de la République en ouverture de la conférence environnementale, quelques annonces prometteuses mais deux loupés pour le climat : l’abandon d’un objectif de réduction des émissions ambitieux pour 2020 et l’oubli inquiétant du secteur des transports.

Coup d’arrêt à l’ambition climatique de la France

La France sera-t-elle vraiment le « pays de l’excellence environnementale » ?
Le discours du Président de la République tend à prouver le contraire.
« Alors qu’il était attendu que la France s’engage sur un objectif de -30% d’émissions gaz à effet de serre pour 2020, et rejoigne ainsi le club des pays ambitieux (Allemagne, Royaume-Uni, etc), François Hollande a abandonné toute ambition en s’en tenant à l’objectif de 20%. Il a préféré botter en touche en proposant d’accueillir la conférence des Nations unies sur le climat en 2015 » déplore Célia Gautier, chargée des questions européennes au RAC-F. « Les seules annonces du Président concernent les objectifs de 40% en 2030 et 60% en 2040… qui figuraient déjà dans la Feuille de route de l’Union européenne. »

Les transports : parent pauvre de la transition énergétique ?

Le RAC-F salue les annonces faites par François Hollande sur la rénovation thermique des logements et attend leur mise en œuvre concrète. Toutefois, « les transports – secteur le plus polluant en France – ont été purement et simplement oubliés. Où sont les mesures indispensables nous orientant vers une mobilité durable ? », interpelle Lorelei Limousin, chargée de mission Transports au RAC-F.

Le Président de la République s’est prononcé pour une hausse des taxes sur la pollution. Cela doit commencer par la suppression des niches fiscales dommageables à l’environnement et la santé, qui représentent chaque année un manque à gagner de 20 milliards d’euros et sont majoritairement concentrées dans les transports.
« De la même manière que le gouvernement ne pourra faire l’impasse sur la question des transports dans le débat, la contribution climat énergie devra être au cœur de la grande réforme fiscale. » prévient Lorelei Limousin.


Contact presse :

- Marc Mossalgue – Chargé d’information / communication : 01 48 58 83 92 – 06 74 83 24 92