logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Agriculture > Alimentation et émissions de gaz à effet de serre > Réduire sa consommation de viande pour combattre le réchauffement climatique
Réduire sa consommation de viande pour combattre le réchauffement climatique
date 13 septembre 2007
texte+ texte- google twitter facebook

Réduire sa consommation de viande pour combattre le réchauffement climatique

Le 13 septembre 2007

PARIS (AFP) - Réduire de moitié la consommation quotidienne de viande dans les pays développés à l’horizon 2050 aiderait à limiter le réchauffement climatique, affirme une étude publiée jeudi dans la revue médicale britannique The Lancet.

"Si l’on considère que la population globale va augmenter de 40% d’ici 2050 et si aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au bétail n’intervient, la consommation de viande devra baisser à 90 grammes par jour et par personne pour stabiliser les émissions de ce secteur", expliquent les chercheurs.

Il faudrait aussi limiter à 50 grammes par jour la consommation de viande rouge provenant de ruminants (bœuf, mouton, chèvre) émetteurs de méthane, un gaz à fort pouvoir réchauffant.

La consommation moyenne de viande s’élève actuellement à 100 grammes par personne et par jour dans le monde avec des disparités considérables entre pays développés - 200 à 250 grammes - et pays pauvres (20 à 25 grammes), soulignent-ils.

22% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, insiste cette équipe dirigée par Anthony McMichael du Centre national d’épidémiologie et de la santé des populations de l’Université de Canberra, proviennent de l’agriculture, une proportion similaire à celle du secteur industriel mais supérieure à celle liées aux transports.

Le bétail, notamment son transport et sa nourriture, poursuit-elle, est à l’origine de près de 80% des émissions agricoles, majoritairement sous forme de méthane.

"Une diminution substantielle de la consommation de viande dans les pays riches serait également bénéfique pour la santé, principalement en réduisant les risques de maladies cardiovasculaires (...) obésité, cancer colorectal, et peut-être d’autres cancers", jugent les chercheurs.

"Une augmentation de la consommation de produits d’origine animale dans des populations pauvres serait également bénéfique pour leur santé", ajoutent-ils.