logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > Réchauffement climatique : Villepin veut "passer à la vitesse supérieure"
"Nouvel Observateur" AP
14 novembre 2005
Réchauffement climatique : Villepin veut "passer à la vitesse supérieure"
"Nouvel Observateur" AP
14 novembre 2005
date 8 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Réchauffement climatique : Villepin veut "passer à la vitesse supérieure"
"Nouvel Observateur" AP
14 novembre 2005
http://permanent.nouvelobs.com/poli...

Le gouvernement entend "passer à la vitesse supérieure" dans la lutte contre
le réchauffement climatique, a déclaré lundi Dominique de Villepin en
ouvrant le premier "rendez-vous du climat".

Le Premier ministre y a détaillé une série de mesures dans les domaines du
transport et du logement, pour permettre à la France de tenir les
engagements pris dans le cadre du protocole de Kyoto en matière d’émission
de gaz à effet de serre. Ces mesures complètent le plan climat adopté en
2004 par le gouvernement français.

Un étiquetage mentionnant les émissions de dioxyde de carbone des voitures
neuves sera ainsi obligatoire avant le 1er juin 2006. L’arrêté correspondant
a été publié dimanche au Journal officiel. Les voitures seront réparties en
sept classes selon le degré de pollution. Le gouvernement compte sur cette
mesure pour encourager l’utilisation des voitures non polluantes.

Dans le même secteur des transports, Dominique de Villepin a annoncé
l’ouverture "en janvier 2007" d’une autoroute ferroviaire de plus de 1.000
kilomètres entre Luxembourg et Perpignan, afin de développer une offre
alternative à la route pour les transports de marchandises.

Le gouvernement entend également renforcer les économies d’énergie dans le
domaine du logement. Un diagnostic énergétique va ainsi être obligatoire
mi-2006 lors de la vente des logements et à partir de 2007 pour les mises en
location. Ce diagnostic "classera les logements en fonction de leur
consommation énergétique, sur une échelle simple en sept classes, et
s’accompagnera de recommandations de travaux".

Par ailleurs, une nouvelle réglementation thermique imposera "dès le milieu
de l’année prochaine" une meilleure isolation à toutes les constructions
neuves, afin de baisser de 15% leur consommation d’énergie.

Le gouvernement va enfin lancer un programme de recherche en matière de
logement "basse énergie". L’objectif est d’être "capable d’ici cinq ans de
rénover des logements anciens pour qu’ils ne consomment que 50 kilowatts
heure" de chauffage par mètre carré, contre 200 kilowatts heure en moyenne
aujourd’hui.

Avec ces trois mesures, le gouvernement espère économiser "près de 10
millions de tonnes de CO2", a expliqué le Premier ministre. De façon
générale, le gouvernement entend "développer les énergies sans émission de
gaz à effet de serre", éolienne, biomasse ou solaire.

Dans ce cadre, Dominique de Villepin a annoncé l’augmentation de 50% du
tarif de rachat par EDF aux particuliers de l’énergie solaire
photovoltaïque. Ce tarif sera doublé pour les installations collectives,
tertiaires et industrielles. Le crédit d’impôt sur les ventes de chauffe-eau
solaires sera porté de 40 à 50% l’an prochain.

Au niveau international, le Premier ministre a fait savoir que la France
souhaitait négocier "dès maintenant" de nouveaux engagements internationaux
sur les émissions de dioxyde de carbone après l’entrée en vigueur cette
année du protocole de Kyoto, que les Etats-unis ont refusé de ratifier.
"Nous ne pouvons pas compter uniquement sur le développement de nouvelles
techniques pour atteindre nos objectifs environnementaux", a-t-il déclaré
dans une critique de l’administration Bush.

Le gouvernement compte sur ces mesures pour tenir l’engagement, pris par la
France dans le protocole de Kyoto, de ne pas dépasser en 2010 ses émissions
de gaz à effet de serre de 1990. Face au réchauffement climatique, "chaque
citoyen a son rôle à jouer, chacun peut faire bouger les choses, chaque
geste peut faire la différence", a rappelé le Premier ministre.

Le plan climat est cependant jugé très insuffisant par les associations. "Le
gouvernement ne se contente que de mesurettes", déplore Olivier Louchard,
membre du Réseau action climat, dans un entretien publié lundi par
"Libération".