logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Transports > Politique des transports > Rapport du Centre national des transport (CNT)
Rapport du Centre national des transport (CNT)
date 16 juillet 2002
texte+ texte- google twitter facebook

Déclaration de la Commission Européenne Transports : la Commission propose d’encourager l’utilisation des carburants de substitution, en premier lieu les biocarburants

Le rapport du Centre national des transport (CNT) de juin 2001 :
Version pdf à télécharger (600 ko)
L’effet de serre et les transports : les potentialités des transoprts des permis d’émissions négociables.

Remarque :

La Réseau Action Climat France ne s’est pas prononcé sur ce rapport. Nous l’avons jugé intéressant car il représente une contribution des acteurs transport vis à vis de leurs responsabilités environnementales.
Nous constatons que :

Les grands acteurs économiques des différents modes de transports, SNCF, RATP, VNF, Geodis, ont contribué directement au rapport ;
Les syndicats patronaux (MEDEF) et salariés (FGTE-CFDT) également ;
Les syndicats professionnels (CCFA, FNTR) y ont aussi pris part.

Il est cependant à noter que les associations qui pourraient se sentir directement concernées par le sujet, en particulier le RAC-F, la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers de Transports), FNE (France nature Environnement) et son réseau transports, le WWF etc. ne font pas partie de la liste des organismes audités.
Aucune association de protection de l’environnement n’a donc pu se prononcer sur ce sujet dont l’enjeu ne réside certainement pas dans le choix de l’instrument économique ayant le moins de conséquences pour les entreprises, mais surtout de limiter la dégradation massive de l’environnement. Le RAC-F déplore cette représentation incomplète des différents points de vue.