logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Energie > Sortie des énergies fossiles > Un an après la COP 21, où en est-on du charbon caché de la France ?
Un an après la COP 21, où en est-on du charbon caché de la France ?
date 15 décembre 2016 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le Réseau Action Climat publie avec les Amis de la Terre et Oxfam France un état des lieux des centrales au charbon détenues par les deux principaux énergéticiens français, ENGIE et EDF, dont l’État est actionnaire à hauteur de 33 et 84,9% respectivement. Résultat : encore 34 centrales charbon en activité dans le monde, des projets pour une nouvelle centrale en Mongolie pour ENGIE, et l’intention pour les deux entreprises de revendre leurs actifs charbonniers plutôt que d’en assumer la fermeture et le remplacement par des énergies renouvelables. Une façon de se débarrasser de leur pollution en la cachant sous le tapis.

CHARBON : FAITES CE QUE JE DIS, PAS CE QUE JE FAIS.
Un an après la COP21, où en est-on du charbon caché de la France ?

Télécharger le rapport >>>
Lire le rapport en ligne >>>



Pour pouvoir limiter le réchauffement en-dessous de 2°C et si possible 1,5°C par rapport à la période préindustrielle, comme s’y sont engagés les pays à la 21e Conférence internationale sur le climat (COP21), le charbon est la première énergie fossile à laquelle il faut rapidement renoncer.

Pourtant, deux énergéticiens français, EDF et ENGIE, détenus respectivement à 84,9 % et 33 % par l’État, possèdent toujours 35 centrales à charbon en opération dans le monde : 19 pour ENGIE et 16 pour EDF.

Un an et demi après le premier état des lieux des centrales à charbon des entreprises françaises « Emissions d’État – Comment les centrales à charbon d’EDF et ENGIE réchauffent la planète » (mai 2015)1, les Amis de la Terre France, Oxfam France et le Réseau Action Climat dressent de nouveau le bilan du charbon caché de la France.

Revente des actifs « charbon » pour éviter les coûts de fermeture, partenariat avec des entreprises peu scrupuleuses, ouverture d’une nouvelle centrale en Mongolie : malgré les engagements climat pris par la France à la COP21, les deux énergéticiens détenus par l’État sont loin de mettre fin à leurs activités climaticides.

Un an après la COP21, c’est l’occasion de rappeler la responsabilité de l’État actionnaire et la nécessité d’une planification de la fermeture du parc charbonnier d’EDF et ENGIE d’ici 2020, qui prenne en compte l’ensemble des enjeux sociaux et environnementaux.

« Ce rapport met en lumière le double discours de l’État français qui, malgré le volontarisme affiché sur la scène internationale, continue de laisser carte blanche à ses entreprises publiques pour investir à l’étranger dans des projets fortement émetteurs de gaz à effet de serre », déclare Célia Gautier du Réseau Action Climat.

En 2015, en amont de la COP21, sous la pression de nos organisations et grâce à la mobilisation citoyenne, les deux entreprises à capital public s’étaient engagées à mettre fin à leurs projets de construction de nouvelles centrales à charbon à l’étranger. Depuis, toujours sous la pression populaire, plusieurs centrales à charbon ont fermé en Australie, au Royaume-Uni et en Italie.

« Pour ENGIE et EDF la lutte contre le changement climatique reste avant toute une opération de communication », explique Armelle Le Comte d’Oxfam France. « Les deux énergéticiens détenus par l’État sont en réalité loin de mettre fin à leurs activités climaticides mais cherchent plutôt à s’en débarrasser en les revendant. EDF a annoncé vouloir revendre tout son parc thermique en Pologne soit 6 centrales à charbon émettant 12 millions de tonnes de CO2 par an : c’est l’équivalent des émissions d’un pays comme le Kenya. »

Le cas de la nouvelle centrale qu’ENGIE souhaite ouvrir à Oulan-Bator en Mongolie est emblématique de l’incohérence de l’énergéticien.
« Le projet de centrale à charbon d’ENGIE en Mongolie est non seulement en contradiction avec la volonté affichée de l’énergéticien d’être un leader de la transition énergétique au niveau international, mais rentre également en contradiction avec son engagement de ne plus ouvrir de nouvelles centrales à charbon ! », dénonce Malika Peyraut, des Amis de la Terre. « Alors qu’il est encore temps de mettre fin au projet pour que des alternatives renouvelables soient offertes aux habitant-e-s, ENGIE s’apprête à enfermer le pays dans une trajectoire hautement carbonée avec une centrale dont la durée d’existence sera d’au moins 25 ans. »

Les Amis de la Terre France, Oxfam France et le Réseau Action Climat demandent la planification de la fermeture du parc charbonnier d’EDF et ENGIE d’ici 2020, en prenant en compte l’ensemble des enjeux sociaux et environnementaux. Le gouvernement français, qui a un pouvoir de décision au sein des conseils d’administration des deux entreprises, doit peser de tout son poids pour s’opposer à la revente des centrales à l’étranger, accompagner la mise en œuvre d’un plan juste pour les populations et le climat, et favoriser la transition vers les énergies renouvelables aux mains des citoyens.

En savoir +
Il y a un an et demi, les Amis de la Terre France et Oxfam France publiaient un premier état des lieux des centrales à charbon détenues par EDF et ENGIE : « Emissions d’État – Comment les centrales à charbon d’EDF et ENGIE réchauffent la planète » (mai 2015)


Crédit photo : Greenpeace/Peter Caton