logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > Ralentir sur l’autoroute pour économiser le carburant, une idée controversée
AFP
29 aout 2005
Ralentir sur l’autoroute pour économiser le carburant, une idée controversée
AFP
29 aout 2005
date 11 novembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Ralentir sur l’autoroute pour économiser le carburant, une idée controversée
AFP
29 aout 2005
http://news.tf1.fr/news/france/0,,3240444,00.html
http://www.tageblatt.lu/edition/art...

L’idée lancée ce week-end par le gouvernement de réduire de 130 à 115 km/h
la vitesse sur autoroute pour réaliser des économies d’énergie suscite déjà
des critiques de la part des politiques comme des automobilistes.
Pour désamorcer la polémique en cours, le ministre des Transports Dominique
Perben s’est voulu prudent, en précisant lundi qu’"il s’agit d’une
réflexion que chacun peut se faire" et que "pour l’instant il n’y a pas de
projet" de réglementation.
M. Perben avait lancé cette piste dimanche en faisant valoir que "si l’on
réduit la vitesse de 15 km/h (sur autoroute), le prix du plein reste(rait)
le même qu’avant la hausse" des prix du pétrole.

"Si l’on abaisse la limitation de vitesse sur autoroutes de 130 km/h à 115
km/h, cela représente environ 20% d’économies de carburant, soit deux
millions de tonnes de pétrole par an", a souligné de son côté lundi
l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Si un automobiliste roule 10.000 km par an en réduisant sa vitesse de 15
km/h sur les autoroutes, cela compense à peu près les 150 euros de dépenses
supplémentaires liées à la hausse des tarifs du carburant, selon les
calculs du gouvernement.

La Fédération nationale des associations d’usagers des transports et la
Réseau Action Climat France ont donc salué lundi dans un communiqué commun
l’idée du gouvernement. "Réduire la vitesse maximale autorisée sur les
autoroutes en France, pays européen où les limitations sont les plus
élevées, c’est bon pour le budget des ménages, pour l’environnement et pour
la sécurité routière", a déclaré à l’AFP Jean Sivardière, président de la
FNAUT.

"Face à la hausse inéluctable des prix du pétrole, cela responsabiliserait
aussi les consommateurs, alors que baisser les taxes coûterait assez cher à
l’Etat et ne serait pas très pédagogique", a-t-il noté, en référence aux
suggestions du PS ou de certaines associations de consommateurs.

Malgré le nouveau record du baril de brut, qui a dépassé les 70 dollars
lundi, une réduction de la vitesse à 115 km/h ne fait pourtant pas
l’unanimité, comme l’a montré lundi un tir de barrage de la majorité
gouvernementale.

"Il faut se méfier des fausses bonnes solutions, des fausses bonnes idées",
a jugé Luc Chatel, porte-parole de l’UMP, lors de la conférence de presse
hebdomadaire du parti. "C’est bien d’encourager les Français à faire des
économies, à rouler moins vite, à consommer moins de fuel", mais "je ne
suis pas sûr que les mesures coercitives soient les réponses les plus
appropriées", a-t-il ajouté.

La vice-présidente de l’UDF Marielle de Sarnez a ironisé sur une telle
mesure. "Après la TIPP flottante, voilà la vitesse flottante", a-t-elle
lancé lors de l’université d’été du parti à Giens (Var). "Si le prix du
baril double, va-t-on limiter la vitesse à 60 km/h sur les autoroutes ?",
a-t-elle demandé.

Du côté des automobilistes, la réserve est aussi de mise. "Si cela reste un
conseil d’ami, nous ne sommes pas contre. Mais il faut vraiment réfléchir
avant de l’imposer parce que le jeu n’en vaut pas la chandelle", a estimé
Christian Gerondeau, président de la Fédération française des
Automobile-Club (FFCA), qui compte quelque 500.000 adhérents.

"Cette mesure serait surtout symbolique, avec de faibles gains de
consommation, et accroîtrait la morosité ambiante", selon le président de
la FFAC. "Les limitations actuelles, en ville, sur routes et sur
autoroutes, sont bien admises et bien adaptés", a-t-il précisé.

La France a déjà reculé plusieurs fois devant une réduction de la vitesse
maximale. Envisagée lors de l’élaboration du Plan Climat, présenté en 2004,
la limitation à 120 km/h sur autoroute avait été écartée pour cause
d’impopularité. Un projet de réduction de la vitesse maximale autoroutière
à 110 km/h envisagé en 1990 par Michel Rocard, alors Premier ministre,
avait aussi tourné court.

http://petition.transport.free.fr/d... (pour des transports plus
respectueux de la sécurité, du cadre de vie et de l’environnement)