logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > Les négociations climatiques par thème > Le soutien financier pour lutter contre le changement climatique > Financement précoces > Questionnaire du RAC-France et de Coordination SUD sur l’utilisation par la France des financements précoces pour le climat
Questionnaire du RAC-France et de Coordination SUD sur l’utilisation par la France des financements précoces pour le climat
date 27 juillet 2010 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le RAC-F et 16 autres associations de solidarité et d’environnement demandent à la France d’être transparente dans l’utilisation de ses financements précoces pour le climat et lui adressent un questionnaire à remplir d’ici fin mai !

Au sein de l’accord de Copenhague, plusieurs pays industrialisés dont la France se sont engagés à mobiliser 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012 pour soutenir les pays en développement dans leurs actions d’adaptation et de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces financements dits "précoces" sont extrêmement importants pour deux raisons :


- ils doivent permettre de reconstruire avec les pays en développement un climat de confiance, fortement ébranlé par l’échec de Copenhague

- ils serviront par ailleurs de précédent à l’établissement d’un régime financier de long terme sous l’égide des Nations Unies

Nicolas Sarkozy s’est engagé sur une contribution de la France à hauteur de 420 millions d’euros par an entre 2010 et 2012.

Cependant, à l’instar des autres pays donateurs, la France reste évasive sur la mise en œuvre concrète de cet engagement. L’argent mobilisé sera-t-il additionnel aux objectifs d’aide publique au développement ? Les 420 millions d’euros seront-ils attribués sous forme de prêts, de dons, les deux ? Quels seront les projets financés et les principaux pays qui en bénéficieront ? C’est dans l’optique d’une plus grande transparence et de valorisation des bons et des mauvais exemples dans le domaine des financements précoces pour le climat, que le RAC-F et 16 autres associations de solidarité et d’environnement ont envoyé le 7 mai un questionnaire au Président de la République. Les réponses sont attendues pour la fin du mois de mai et les associations espèrent que la France saura se montrer la plus transparente possible dans le respect de ses engagements.

Vous pouvez télécharger ce questionnaire en cliquant ici