logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Marché européen des quotas d’émission de CO2 > Quand ArcelorMittal et Lafarge engrangent des centaines de millions d’euros grâce au système de quotas européen
Quand ArcelorMittal et Lafarge engrangent des centaines de millions d’euros grâce au système de quotas européen
date 5 mars 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Un rapport de l’ONG britannique Sandbag montre, chiffres à l’appui, à quel point les principaux industriels européens et surtout français profitent du système de quotas échangeables de CO2.

Communiqué de presse du Réseau Action Climat-France

Montreuil, le 5 mars 2010 - Les industriels français soumis au marché européen de quotas de CO2 ont été les premiers à faire pleurer dans les chaumières à l’heure où la contribution carbone a été mise à l’étude par le gouvernement, s’inquiétant d’être doublement imposés [1] par l’établissement de ce dispositif. Or, le rapport The Carbon Rich List : The companies profiting from the EU Emissions Trading Scheme, tout juste publié par l’ONG britannique Sandbag en association avec www.carbonmarketdata.com, montre, chiffres à l’appui, à quel point les principaux industriels européens et surtout français profitent du système de quotas échangeables de CO2.

En 2008, dernière année pour laquelle les émissions sont connues, les deux entreprises qui ont engrangé le plus important surplus de quotas (la différence entre le nombre de quotas reçus et les émissions) sont aussi les principaux émetteurs français (hors électricité) : il s’agit d’ArcelorMittal (14,4 millions de tonnes de CO2 de surplus) et de Lafarge (4,2 millions de tonnes). Au prix actuel de 14 euros la tonne, la valeur de ces surplus est de 202 millions pour Arcelor et de 59 millions d’euros pour Lafarge. Bien que les émissions de l’année 2009 ne soient pas disponibles, une estimation basée sur l’évolution de la production dans ces secteurs entre 2008 et 2009 indique que le surplus de ces deux entreprises en 2009 pourrait atteindre, respectivement, 42 et 6,7 millions de tonnes. Sur l’ensemble de la période 2008-2012, une estimation prudente aboutit aux chiffres de 100 et 24 millions de tonnes, soit respectivement 1,4 milliard d’euros pour Arcelor et 336 millions d’euros pour Lafarge !

Peu loquaces sur ces profits faramineux obtenus grâce au système européen d’échanges de quotas, les lobbyistes des secteurs industriels appellent le gouvernement à reporter la mise en œuvre de la contribution carbone au-delà de juillet 2010 (date d’entrée en vigueur annoncée par le gouvernement) ou à l’abandonner purement et simplement, au motif que la coexistence des deux systèmes (quotas européens et contribution carbone) les soumettrait à une « double peine ». Les chiffres montrent, au contraire, que non seulement il n’y aura pas de « double peine », mais que les industriels pourront puiser dans ces surplus pour payer la contribution carbone.

Le rapport est téléchargeable à l’adresse suivante :
http://sandbag.org.uk/files/sandbag.org.uk/carbon_fat_cats_march2010.pdf


— -

Contact presse :
Philippe Quirion - Réseau Action Climat-France : 06 81 37 09 99
Anna Pearson - Sandbag UK : +44 77 96 17 62 80

date Notes

[1"Il faut éviter le risque d’une "double peine" qui ferait que les entreprises de l’industrie lourde seraient soumises à la taxe carbone française et aux quotas européens" - Claire Tutenuit, déléguée générale d’Entreprises pour l’environnement, in Le Monde, L’industrie redoute une "double peine", entre taxe française et quotas européens, 31/12/09