logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Qu’est-ce que le pouvoir de réchauffement global (PRG) d’un gaz à effet de serre ?
date 20 mars 2004
texte+ texte- google twitter facebook

Les gaz à effet de serre (GES) ne contribuent pas tous de la même façon à l’effet de serre. Leur contribution relative peut être estimée grâce à un indice appelé « pouvoir de réchauffement global » (PRG). Il définit la capacité d’un gaz à absorber les rayons infrarouges émis par la Terre, sur une durée de 100 ans. Le PRG d’un gaz se mesure par rapport à celui du CO2, gaz de référence : combien de fois plus, ou combien de fois moins, un gaz « fait » d’effet de serre sur 100 ans, par rapport à la même quantité de CO2 émise au même moment. On parle donc de "PRG relatif".
La notion de PRG est cependant approximative. En effet, la vitesse d’élimination d’un GES n’est pas stable sur 100 ans, car son séjour dans l’atmosphère dépend des conditions du moment. Or, ces conditions évoluent avec les changements climatiques.

Les PRG relatifs des 6 gaz ou familles de gaz visés par le Protocole de Kyoto :
(Source : GIEC, 2001)

Gaz et formule PRG relatif à 100 ans / CO2
Gaz carbonique (CO2) 1
Méthane (CH4) 23
Protoxyde d’azote (N2O) 296
Perfluorocarbures (CnF2n+2) 5 700 à 11 900
Hydrofluorocarbures (CnHmFp) 12 à 12 000
Hexafluorure de soufre (SF6) 22 200

Par exemple, le méthane est un gaz 23 fois plus puissant que le gaz carbonique pour l’effet de serre. Cela signifie que si on rejette 1 kg de méthane dans l’atmosphère, c’est comme si on avait rejeté 23 kg de gaz carbonique.