logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques locales > Etalement urbain > Publication "Etalement urbain et changements climatiques : état des lieux et propositions"
Publication "Etalement urbain et changements climatiques : état des lieux et propositions"
date 5 septembre 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Entre ville et campagne, la maison individuelle, fortement plébiscitée, concilie plusieurs des principales attentes sociales contemporaines : l’accès à la propriété, l’intimité, la proximité temporelle aux services comme à la nature, l’espace vital et la mobilité.

Pourtant ce développement périurbain majoritairement non maîtrisé, qualifié « d’étalement urbain », induit une faible densité démographique dont les corollaires principaux sont une forte consommation d’espaces naturels ou agricoles, la multiplication des déplacements pendulaires et une lourde infrastructure de voies et de réseaux.

Les conséquences de ce phénomène, en termes d’émissions de GES, de vulnérabilisation des territoires face aux impacts des changements climatiques ou de ségrégation sociale, ne sont pas soutenables.
Ce constat est partagé depuis plusieurs dizaines d’années, et la lutte contre l’étalement urbain compte ainsi, depuis le vote de la loi Grenelle 1, comme objectif du droit de l’urbanisme.

Si le Grenelle a permis certaines avancées en matière d’urbanisme, manquent encore, cependant, un cadre national cohérent ainsi que des politiques territoriales ambitieuses et efficaces permettant d’endiguer ce phénomène.

ERRATUM : p. 18, encadré "Artificialisation des sols".
Il est indiqué que "Les espaces agricoles et naturels perdent actuellement la superficie d’un département français moyen (61 000 ha) tous les sept ans (...)."

C’est bien évidemment une erreur, il fallait lire :
"Les espaces agricoles et naturels perdent actuellement la superficie d’un département français moyen (610 000 ha) tous les sept ans (...)."

Téléchargez l’étude en cliquant sur l’image ci-dessous :