logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Suivi du Grenelle de l’environnement > Projet de loi Grenelle 1 au Sénat : un retour en grâce inacceptable des projets autoroutiers
Projet de loi Grenelle 1 au Sénat : un retour en grâce inacceptable des projets autoroutiers
date 3 février 2009
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse FNE, FNAUT et RAC-F
Le 30 janvier 2009

Projet de loi Grenelle 1 au Sénat : un retour en grâce inacceptable des projets autoroutiers

Jeudi 29 janvier, les sénateurs ont adopté un amendement n°156 quater sur l‘article 9 du projet de loi Grenelle 1 qui dispose que « les grands itinéraires autoroutiers » seront menés « à bonne fin dans les meilleurs délais ». France Nature Environnement, la FNAUT et le RAC-F s’insurgent contre cette disposition qui va à l‘encontre de l’esprit et des engagements du Grenelle de l’environnement.

Michel DUBROMEL, Responsable du réseau transports et mobilité durables à FNE commente : « Cette nouvelle accélération des projets autoroutiers est incohérente avec les engagements gouvernementaux de limiter les projets routiers aux problèmes de congestion, de sécurité et aux besoins d’intérêt local ».

Olivier LOUCHARD, Directeur du RAC complète : « Alors que tous les acteurs débattent actuellement sur les critères de choix d’infrastructures à retenir dans le cadre du futur schéma national des infrastructures de transport, il n’est pas possible que les projets routiers échappent à toute règle ! ».
En effet, hormis les trois projets autoroutiers débloqués récemment par François Fillon (A63, A150, A355), tous les autres projets devaient être revus dans le cadre du SNIT.

Et Jean SIVARDIERE, Président de la FNAUT rajoute : « Vouloir étendre aujourd’hui un réseau autoroutier déjà très dense est un contre-sens économique et environnemental. C’est le sous-équipement de notre pays en transport urbain et ferroviaire qu’il faut corriger d’urgence” ».

France Nature Environnement, le RAC-F et la FNAUT alertent élus et gouvernants sur ces décisions qui vont à l‘encontre des principes développés dans la loi Grenelle 1.

Contact presse :
- FNE : M DUBROMEL 06 82 52 11 81
- RAC—F : O LOUCHARD 0626400774
- FNAUT : J SIVARDIERE 06 75 17 08 32