logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Pic de pollution : La France étouffe, mais les solutions existent
Pic de pollution : La France étouffe, mais les solutions existent
date 19 mars 2015
texte+ texte- google twitter facebook

Rebelote. Le printemps arrive et les niveaux de pollution atmosphériques atteignent des sommets… irrespirables. Consterné par le silence et l’inaction du gouvernement face à la situation, le Réseau Action Climat rappelle l’urgence d’agir pour enrayer la pollution de manière pérenne, en s’attaquant en premier lieu au secteur des transports. Une responsabilité pour le gouvernement et collectivités territoriales d’autant plus importante qu’agir pour la qualité de l’air, c’est agir contre le dérèglement climatique.

MESURES D’URGENCE POUR UNE BOUFFÉE D’AIR

Associée à la gratuité des transports en commun, la circulation alternée décidée en mars 2014 avait fait ses preuves tant sur le plan sanitaire et environnemental - Airparif (1) ayant démontré l’impact quantifiable et visible sur les émissions de particules (-15%) et de dioxyde d’azote (-20%) - que pratique puisque la mesure avait largement été respectée par les automobilistes. 61% d’entre eux avait adopté un autre mode de déplacement (dont la majorité pour les transports publics et une faible part pour le covoiturage). La circulation alternée est soutenue par plus de 3 personnes sur 5 (70%) selon une enquête de l’IFOP pour le Ministère. À nouveau, ces deux mesures sont plus que jamais nécessaires.

MESURES PÉRENNES POUR LUTTER CONTRE LA POLLUTION CHRONIQUE

Mais au-delà de ces mesures palliatives, il faut s’attaquer aux causes : les rejets du diesel provoquent un problème de santé publique, sans compter le coût gigantesque pour la sécurité sociale.

Les solutions ne manquent pas : La restriction du trafic routier (voitures mais aussi véhicules lourds) associée au développement des alternatives (transports en commun, vélo et marche à pied) est incontournable, tout comme la réforme de la fiscalité : TVA réduite sur les transports en commun, augmentation de la contribution carbone et suppression des avantages fiscaux au diesel qui maintiennent une incitation à consommer un carburant cancérigène.

Cette décision relève du gouvernement, de même que le renforcement des contrôles du respect des normes anti pollution des véhicules neufs.*

Alors que les lobbies automobiles s’affairent actuellement à Bruxelles pour retarder l’entrée en vigueur des nouveaux "tests en conditions réelles" (Real World Driving Emissions Tests) initialement prévus pour 2014, les espoirs de voir circuler des véhicules réellement moins polluants s’amenuisent. Face aux pics de pollution à répétition, le gouvernement français doit absolument se saisir de cette question.

APPEL À TOUTES LES COLLECTIVITÉS À AGIR AU NIVEAU LOCAL

Grenoble, Lille, la vallée de l’Arve en Haute-Savoie, sont autant de territoires aujourd’hui asphyxiés par le trafic routier. À l’approche de la COP21, le Réseau Action Climat appelle toutes les collectivités locales à être plus volontaristes et à engager des mesures pour réduire la circulation routière pour promouvoir les mobilités alternatives et les courtes distances dans des zones à trafic limité, comme devrait leur permettre le projet de loi de transition énergétique, et ainsi bâtir des villes où il fait bon respirer.


Contact presse :
Lorelei Limousin, Responsable climat et transports. Tel : +33 7 70 31 09 19

(1) http://www.airparif.asso.fr/_pdf/pu...

* Alors que les constructeurs automobiles vantent le "diesel propre", un nombre croissant de travaux révèlent la sous-estimation des émissions de Nox et de particules par les constructeurs automobiles. Selon les travaux récents du King’s College, les rejets de polluants n’ont en réalité quasiment pas diminué entre la norme euro 3 et la norme euro 5, en raison de l’obsolescence des tests de mesure et de l’optimisation des véhicules dans les laboratoires. Des essais réalisés par l’institut International Council for Clean Transport (ICCT) ont démontré que les véhicules neufs respectant officiellement la norme euro 6 émettent en moyenne sept fois plus de Nox dans la réalité ! Or les mesures annoncées tant par la ville de Paris (interdiction de circulation de certains véhicules) que le gouvernement (système d’identification des véhicules) se basent sur ces tests de mesure biaisés et qu’il faut corriger.