logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Marché européen des quotas d’émission de CO2 > Pendant la crise, l’industrie s’enrichit avec le marché carbone sans faire d’effort !
Pendant la crise, l’industrie s’enrichit avec le marché carbone sans faire d’effort !
date 22 juillet 2009
texte+ texte- google twitter facebook

Une étude de l’ONG Sandbag, révèle que l’industrie européenne va pouvoir réaliser d’importants profits sur le marché carbone... sans faire d’effort pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

En effet, en abusant de l’argument de la compétitivité, le secteur de l’industrie (hors énergie) a réussi à obtenir le droit d’augmenter ses émissions de gaz à effet de serre. Ajoutons à cela une baisse d’activité liée au ralentissement économique, l’industrie bénéficiera d’un surplus de 400 millions de tonnes de CO2 de droits à polluer pour la période de 2008 à 2012. Elle se réserve ainsi la possibilité de revendre ces droits en générant ainsi des bénéfices de l’ordre de 5 milliards d’euros.

Ces droits pourront également être mis en réserve pour la prochaine phase de fonctionnement du marché des quotas (2013-2020), prolongeant ainsi le manque d’incitation à créer une industrie plus verte. Les droits excédentaires des industriels ne sont pas le seul problème. L’afflux de crédits issus de la compensation carbone et les réserves de droits à polluer dont bénéficient les pays européens pourraient encore aggraver la situation.

Pour Morgane Créach, du RAC-France, « Avec cet excédent, les industriels européens n’auront pas à lever le petit doigt pour réduire leurs émissions au moins jusqu’en 2015 ! Les industriels français quant à eux pourront empocher jusqu’à plus de 280 millions1 d’euros (environ 20 millions de quotas excédentaires sur 2008-2012 à un prix de 14 euros) en vendant ce surplus. On nage en plein paradoxe avec un système qui fonctionne sur le mode du pollueur-payé ! ».

Cette quantité impressionnante « d’air chaud » sera un frein aux investissements dans les technologies peu émettrices en gaz à effet de serre et ne permettra pas à l’Europe de se placer à l’avant garde de la lutte contre les changements climatiques.

Pour Damien Demailly du WWF-France : « L’Europe doit rectifier le tir sans plus attendre et passer à un objectif de réduction de ses émissions beaucoup plus ambitieux. Elle s’est engagée l’année dernière à réduire ses émissions de 20%, voire de 30% en cas d’accord international. Du fait du ralentissement économique, le coût pour réduire les émissions européennes de 30% est aujourd’hui moins élevé que celui prévu l’année dernière pour atteindre un objectif de réduction de seulement 20%. C’est l’occasion pour l’Europe de prendre un engagement cohérent avec les scénarii climatiques : réduire ses émissions de 40 % pour 2020 ! ».

Contacts :
- Damien Demailly, WWF-France : 01.55.25.86.43 ou 06.11.42.15.51
- Camille Lajus, Relations presse WWF-France : 01 55 25 84 61 clajus@wwf.fr
- Morgane Créach, RAC France : 01.48.51.37.68 ou 06.89.78.44.93