logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Paquet énergie climat 2030 de l’UE la Commission et les Etats membres abandonnent-ils le climat ?
Paquet énergie climat 2030 de l’UE la Commission et les Etats membres abandonnent-ils le climat ?
date 22 janvier 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 22 janvier 2014 – Le Réseau Action Climat France est profondément déçu du paquet de propositions publiées par la Commission européenne pour la politique de l’UE en matière d’énergie et de climat pour la prochaine décennie. Le rôle négatif joué par la France, notamment quant au développement des énergies renouvelables en Europe, et alors qu’elle accueillera la Conférence de Paris sur le climat en décembre 2015, envoie un nouveau signal négatif.


Les objectifs dévoilés par la Commission européenne ne sont cohérents ni avec les dernières données scientifiques, ni avec ses propres analyses sur les avantages d’une action climatique rapide en Europe. « La Commission laisse entendre que l’UE pourrait abandonner l’objectif de limiter le réchauffement à 2°C, avec les risques terrifiants que cela implique, s’alarme Célia Gautier, chargée des politiques européennes au Réseau Action Climat France. L’objectif de baisse d’émissions de 40% d’ici à 2030 (par rapport à 1990) laisse une chance sur deux de dépasser ce niveau de réchauffement. Il faudrait une baisse des émissions européennes d’au moins 55% d’ici à 2030 pour que l’Europe fasse sa part de l’effort mondial ».

La Commission propose aussi un objectif de développement des énergies renouvelables au niveau européen. Il est purement indicatif car il n’est pas décliné en objectifs nationaux contraignants. Il est insuffisant pour réduire nos émissions de manière ambitieuse et baisser nos importations d’énergies fossiles. « Il est scandaleux de voir que la France a œuvré en coulisse contre des objectifs nationaux contraignants de développement des énergies renouvelables, tandis que l’Allemagne a été plus positive. Si François Hollande souhaite vraiment engager la transition énergétique en France, il doit soutenir dès aujourd’hui un objectif contraignant de 45% d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en Europe d’ici à 2030, décliné en obligations nationales », s’indigne Célia Gautier.

Enfin, les économies d’énergie sont parées de toutes les vertus dans les discours politiques, mais les engagements contraignants et les actions ne suivent pas. « La Commission aurait dû réaffirmer la nécessité d’un objectif européen contraignant d’économies d’énergie à l’horizon 2030. Désormais, c’est à François Hollande, qui s’est prononcé pour un objectif de division par deux de la consommation d’énergie de la France d’ici à 2050, de défendre un objectif d’économies d’énergie contraignant au niveau européen », conclut Célia Gautier.

Contact :
Célia Gautier, chargée de mission Politiques européennes au Réseau Action Climat France
celia@rac-f.org, +33 6 72 34 00 27

Découvrir le dossier de presse réalisé à l’occasion de la publication du document de travail de la Commission européenne