logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Présidence française de l’Union européenne en 2008 > Paquet climat/énergie européen : Nicolas Sarkozy lâche trop, et trop tôt !
Paquet climat/énergie européen : Nicolas Sarkozy lâche trop, et trop tôt !
date 19 novembre 2008
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse du Réseau Action Climat France
Paris, le 19 novembre 2008

Paquet climat/énergie européen : Nicolas Sarkozy lâche trop, et trop tôt !

La France, présidente de l’Union européenne, a cédé aux
pressions de la Pologne, qui demande des dérogations au paquet climat/énergie
européen. Nicolas Sarkozy vient d’accepter que les pays dont 60 % de l’électricité
provient de centrales à charbon puissent bénéficier de permis d’émissions de CO2
gratuits. Le Réseau action climat France et ses associations membres s’inquiètent de voir
la France accorder des dérogations injustifiées aux États européens.

« Cette dérogation accordée à la Pologne et à plusieurs autres pays de l’ex-Europe de
l’Est est injustifiée », commente Damien Demailly, coordinateur du programme
énergie/climat au WWF. Ces pays utilisent à tord l’argument selon lequel les coûts de
l’opération risquent de compromettre leur croissance économique. » C’est d’ailleurs ce
que sous-entend le Gdansk Institute for Market Economics, qui réfute aujourd’hui les
conclusions du rapport Energsys 2030, document qui a servi de base à la position du
gouvernement polonais.

Autre argument qui vient contredire les arguments avancés par la Pologne : le rapport de
New Carbone Finance publié en septembre 2008 pour le WWF, sur « L’impact de la mise
aux enchères sur les prix de l’électricité en Europe après 2012 », qui prouve que la mise
aux enchères des quotas aura le même impact qu’une allocation gratuite sur le prix de
l’électricité payé par le consommateur. « Que les quotas soient distribués gratuitement ou
mis aux enchères, le prix sera le même pour consommateur, explique Damien Demailly.
Seule différence : dans le premier cas ce sont les entreprises qui empocheront des
milliards d’euros de bénéfices chaque année ; dans le second cas, ce seront les Etats, qui
pourront alors utiliser ces sommes pour aider les citoyens européens à réduire leur
consommation d’énergie. »

« La Pologne a un autre agenda en tête, qui n’est pas celui de la lutte contre le
réchauffement climatique, poursuit Morgane Créach, responsable Europe et International
au RAC France. Les dirigeants polonais négocient la gratuité des permis d’émissions de
CO2 parce qu’ils prévoient, dans les années qui viennent, de vendre au secteur privé les
entreprises productrices d’électricité, majoritairement nationalisées aujourd’hui. Or la
valeur marchande de ses entreprises sera bien plus élevée si elles deviennent une telle
source de profits pour les acheteurs ! »

« Cette dérogation est non seulement injustifiée, mais elle confirme les craintes d’une
négociation à la carte du paquet énergie/climat, ajoute Karine Gavand, chargée de
campagne climat/énergie à Greenpeace France. La France lâche trop et trop tôt face aux
menaces polonaises. Comment pourra-t-elle résister aux pressions de l’Italie et de
l’Allemagne qui demandent de leur côté des quotas d’émissions de CO2 gratuits pour
leurs industries ? ». Or, de l’ambition de ce paquet climat/énergie dépend la crédibilité et
le leadership de l’UE sur la scène internationale. « Nous attendons de Nicolas Sarkozy
plus de fermeté et d’ambition dans la négociation européenne », conclut Karine Gavand.

Contacts :
Morgane Créach, Rac France - 06 89 78 44 93
Damien Demailly, WWF France - 06 11 42 15 51
Karine Gavand, Greenpeace France - 06 77 04 61 90