logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > Les Conférences Annuelles des Parties (COP/MOP) > COP16-MOP6 : Cancun 2010 > Papier de position commun - Réseau Action Climat France / Coordination Sud
Papier de position commun - Réseau Action Climat France / Coordination Sud
date 27 novembre 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Les ONG françaises appellent les décideurs à dépasser le « syndrome de
Copenhague » et à impliquer les populations vulnérables au changement
climatique dans les négociations et sur le terrain, avec quatre priorités : les
financements, l’adaptation, les forêts et les agricultures paysannes.

PDF - 401.7 ko
Papier de position commun - Réseau Action Climat France / Coordination Sud

Migrations climatiques, baisse des productions agricoles et dégradation des terres dont dépendent des populations entières, manque d’accès à l’eau potable, malnutrition accrue : les exemples ne manquent pas pour
illustrer comment le changement climatique accentue les inégalités en touchant de plein fouet les populations les plus vulnérables. Les pays du Sud sont les premières victimes du changement climatique alors même que
leur responsabilité est limitée. L’intégration des enjeux de solidarité internationale est essentielle pour que les engagements sur le changement climatique prennent en compte, dès la phase des négociations, les populations vulnérables et se déclinent sur le terrain de façon équitable et efficace.
À l’occasion de la 16e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, du 29 novembre au 10 décembre, les pays doivent dépasser le « syndrome de Copenhague », donner un signal positif fort pour paver
le chemin vers un accord mondial sur le climat équitable, ambitieux et juridiquement contraignant. D’après l’Agence internationale de l’énergie, le coût de l’échec de Copenhague est de 1 000 milliards de dollars.
À travers leurs savoir-faire techniques reconnus, leur proximité avec les populations locales, leur capacité à sensibiliser les citoyens et leur force de proposition politique, les ONG d’environnement membres du Réseau
Action Climat-France et les ONG françaises de solidarité internationale réunies au sein de Coordination SUD travaillent main dans la main pour contribuer à la définition et à la mise en œuvre de règles internationales sur
le climat efficaces et équitables vis-à-vis des populations du Sud les plus vulnérables.
Coordination SUD et le RAC-F appellent la communauté internationale, en particulier les pays du Nord, à s’engager sur les quatre enjeux suivants à Cancun :
1. Garantir des financements additionnels, transparents et efficaces.
2. Raccrocher les négociations sur l’adaptation aux réalités du terrain.
3. Impliquer les populations vulnérables dans les déclinaisons nationales du
mécanisme REDD +.
4. Soutenir les agricultures paysannes du Sud.