logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > Olivier Louchard, membre du Réseau action climat, dresse un état des lieux du plan : « Le gouvernement se contente de mesurettes »
"Libération" Laure NOUALHAT
14 novembre 2005
Olivier Louchard, membre du Réseau action climat, dresse un état des lieux du plan : « Le gouvernement se contente de mesurettes »
"Libération" Laure NOUALHAT
14 novembre 2005
date 6 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Olivier Louchard, membre du Réseau action climat, dresse un état des lieux du plan : « Le gouvernement se contente de mesurettes »
"Libération" Laure
NOUALHAT
14 novembre 2005
http://www.liberation.fr/page.php?A...

Olivier Louchard est membre du Réseau action climat (RAC) qui participe au
rendez-vous Climat du gouvernement.

Quel bilan dressez-vous de l’état d’avancement du plan Climat ?

Après un an et demi d’existence, son bilan est bien maigre. Le gouvernement
ne se contente que de mesurettes. Les moyens qu’il a concrètement déployés
pour lutter contre le changement climatique contrastent avec les
déclarations alarmantes proférées par Jacques Chirac et son équipe
gouvernementale, et même celles de Nicolas Sarkozy lors du dernier congrès
UMP.

Quels sont les plus gros ratés ?

Le plus important reste la non-mise en œuvre du bonus-malus qui, après
avoir été contesté par les députés UMP, figurait au rang d’étude dans le
plan Climat. Autre couac : l’annonce malheureuse de Perben, tout juste
arrivé au ministère des Transports, sur la réduction de vitesse sur
autoroutes et la levée de boucliers immédiate que cela a provoquée au sein
de son propre camp. Il faut faire des efforts en priorité sur les deux
secteurs les plus préoccupants : les transports et les bâtiments.

Il n’y a vraiment eu aucune avancée dans ces deux domaines...

En ce qui concerne les transports, le gouvernement mise sur d’hypothétiques
innovations technologiques et continue de privilégier le tout-routier. Quant
au bâtiment, on peut certes saluer les crédits d’impôts pour les travaux de
maîtrise de l’énergie et les équipements d’énergies renouvelables, mais la
priorité reste l’isolement des logements existants.

A saluer aussi, la sensibilisation du grand public avec les campagnes
nationales de l’Agence gouvernementale de l’environnement et de la maîtrise
de l’énergie (Ademe), notamment « faisons vite, ça chauffe ». On peut
seulement regretter que les crédits de l’agence baissent chaque année, ce
qui peut mettre en péril la dynamique lancée. A ce propos, rappelons que les
subventions du ministère de l’Ecologie baissent aussi (il représente à peine
0,3 % du budget national !) tout comme celles des associations de protection
de l’environnement.

Les objectifs du plan Climat doivent-ils être revus à la baisse ?

Non, ce sont les bons : respecter Kyoto et diviser par quatre nos émissions
nationales de gaz à effets de serre d’ici à 2050. C’est une question de
solidarité internationale, l’unique moyen d’éviter les pires impacts des
changements climatiques, notamment sur les pays les plus pauvres. Ce qui ne
doit pas être revu à la baisse, ce sont les moyens et le courage politique.

Que peut-on attendre de ce rendez-vous Climat ?

Il est prévu que certaines mesures viennent renforcer le plan Climat en
juillet 2006. Notre réseau sera comme toujours présent pour en tirer les
conclusions et proposer des mesures fortes. Néanmoins, nous avons la nette
impression qu’à chaque fois que nous rencontrons les décideurs pour leur
faire des propositions, ces dernières finissent... à la poubelle.

http://www.liberation.fr/page.php?A... (Maigre bilan pour le
programme gouvernemental lancé en 2004.Le plan Climat perd du temps Par
Sylvestre HUET lundi 14 novembre 2005 Libération)