logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Le 5ème rapport du GIEC > Notre analyse > OBJECTIFS CLIMATIQUES DES PAYS : CA COMMENCE A CHAUFFER !
OBJECTIFS CLIMATIQUES DES PAYS : CA COMMENCE A CHAUFFER !
date 27 septembre 2013
texte+ texte- google twitter facebook

Au niveau international, l’effort collectif des pays est aujourd’hui trop bien faible. Les engagements actuels des pays pour réduire leurs émissions de GES placent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 3,3°C.

Le tour du monde des engagements climatiques

Cela signifie tout simplement que les engagements pris par les pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sont plus qu’insuffisants :


- Jusqu’en 2012, il y a eu un premier cycle d’engagement des pays sous le protocole de Kyoto (réduction collective de 5,2% en moyenne par rapport à 1990, déclinée en objectifs nationaux). Les objectifs ont été atteints voire dépassés par l’UE et les pays de l’ancien bloc soviétique, tandis que le Canada, ou d’autres mauvais élèves n’ont pas respecté leurs engagements. Comme le protocole de Kyoto ne comprend pas les Etats-Unis, principal émetteur historique, son impact sur la réduction d’émissions a été plus faible que prévu. De plus, une partie des réductions d’émissions ont été réalisées sans transformation des économies et des sociétés vers des modèles plus durables, mais via la désindustrialisation massive et forcée des pays d’Europe de l’Est après 1990, et via la crise économique que nous connaissons depuis 2008.
- Après 2012 et jusqu’en 2020, les pays n’ont pris aucun engagement collectif : même sous le protocole de Kyoto, chacun a fixé le niveau d’effort qu’il entend atteindre. Le protocole de Kyoto ne suffit plus à lutter efficacement contre le changement climatique puisqu’il n’impose aucune réduction aux principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre (Etats-Unis, Chine, Inde etc.). Il ne représente plus que 15% des émissions mondiales.
- L’Union Européenne a déjà atteint son objectif de -20% d’ici 2020, avec presque huit ans d’avance ! En maintenant son faible niveau d’objectif, elle peut ne fournir aucun effort pendant toutes ces années, voire même recommencer à augmenter ses émissions ! Dans le contexte de crise climatique, ce serait une absurdité totale. Ce serait aussi une absurdité économique : plus vite on réduit nos émissions de GES, moins cher cela coûtera aux budgets publics.
- La France atteindra probablement son objectif de réduction pour 2020 : entre 1990 et 2011, ses émissions ont baissé de 16%, plaçant à portée de main l’objectif de réduction de 17% qu’elle a pris dans le cadre européen. Cependant, cet objectif ne tient compte que des émissions produites sur le territoire français. Or, la France importe de plus en plus de produits à forte teneur en CO2, par conséquent l’ensemble de ses émissions « consommées » est en hausse ! Entre 1990 et 2007, les émissions liées à la consommation nationales ont augmenté de 14%, quand les émissions produites en France avaient baissé de 7% !
- Les Etats-Unis ont un objectif particulièrement faible de -17% par rapport à 2005, soit -3,5% par rapport à 1990. L’administration Obama devra mettre en œuvre des politiques et mesures pour atteindre cet objectif faible. Le plan national climatique du Président américain ne sera sans doute pas suffisant.
- L’Australie s’est fixée un objectif de -5% seulement, mis à mal par l’arrivée au pouvoir du parti conservateur et climato-sceptique, qui compte revenir sur la nouvelle tarification du CO2 au niveau national.
- Pire que tout, le Canada devrait augmenter ses émissions de 17% par rapport à 1990, au lieu de les réduire, et s’est retiré du Protocole de Kyoto et de la Convention des Nations unies sur la désertification.