logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > O21. Les écologistes repartent à l’assaut du 4X4 en ville
AFP
13 septembre 2005
O21. Les écologistes repartent à l’assaut du 4X4 en ville
AFP
13 septembre 2005
date 23 novembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Les écologistes repartent à l’assaut du 4X4 en ville
AFP
13 septembre 2005
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?si...
ml&typeNews=sci

Les écologistes repartent en campagne contre les 4X4 en ville, en organisant
samedi une manifestation à Paris, alors que les ventes de tout-terrain en
France affichent une santé insolente malgré le prix astronomique du plein de
carburant.

La vogue du 4X4 en France ne se dément pas, contrairement aux Etats-Unis,
pionniers des "SUV" (véhicules utilitaires sportifs), où les acheteurs
reculent devant l’envolée des prix de l’essence.

En France, la part de marché des tout-terrain a quadruplé en 8 ans (5,6% des
véhicules particuliers vendus à fin juin). Les ventes ont encore progressé
de 17,4% au premier semestre avec 62.911 immatriculations. A titre de
comparaison, Toyota compte vendre 3.000 Prius hybrides (essence/électrique)
cette année en France.

Les 4X4 séduisent par leur image "jeune", l’aisance qu’ils confèrent au
conducteur "perché" au dessus du trafic, et l’habitacle spacieux.

Même Peugeot et Renault, jusqu’à présent très vertueux en termes d’émissions
moyennes de CO2 grâce à leurs petits modèles diesel, annoncent la sortie de
4X4 en 2007 (respectivement avec Mitsubishi et Nissan). Au grand dam des
écologistes, pour qui la présence des 4X4 "est manifestement inadaptée aux
zones urbaines, tant par l’espace occupé au sol que par la pollution
engendrée".

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), un
4X4 consomme 32% de plus en ville qu’un véhicule non 4X4, et "quelle que
soit la puissance considérée, les 4X4 émettent plus de CO2 que les autres
véhicules".

La grogne ne date pas d’hier : le Conseil de Paris avait voté l’an dernier un
voeu limitant l’usage des 4X4 dans Paris, resté sans lendemain.

Agir pour l’environnement et le Réseau Action Climat (13 associations)
décident de repasser à l’action. Ils appellent "tous ceux et celles qui
souhaitent en finir avec l’usage des 4X4 en zone urbaine à se rassembler
samedi à 14H30 place Léon Blum dans le 11e arrondissement parisien".

La manifestation se veut "légale", à l’inverse d’un groupe mystérieux, les
"dégonflés", qui opère nuitamment depuis la rentrée en dégonflant les pneus
de 4X4 dans la capitale.

Ce "gang", qui affiche sa parenté avec les "stop pub" sur internet
(http://degonfle.blogg.org), dégonfle sans crever les pneus, mais le
résultat est le même : le conducteur se retrouve le matin avec un 4X4
parfaitement à plat.

Les manifestants se contenteront samedi de défiler pacifiquement devant un
concessionnaire, a assuré à l’AFP Stephen Kerckhove, délégué général d’Agir
pour l’environnement. L’opération pourrait "se ritualiser" tous les samedis,
dans une "tournée des concessionnaires".

La manifestation marque symboliquement le début de la Semaine de la
mobilité, une opération en faveur des transports "doux", lancée par la
ministre de l’Ecologie Nelly Olin.

"C’est plutôt la semaine de l’immobilité", persifle Stephen Kerckhove,
fustigeant "l’inaction gouvernementale" devant les enjeux : pétrole cher,
réchauffement climatique et insécurité routière.

La surtaxe sur la carte grise pour les véhicules les plus polluants annoncée
par le gouvernement "ne créera pas les effets escomptés", estime-t-il. Elle
ne vise que les véhicules émettant plus de 200 grammes de CO2 par km, soit
8% des véhicules neufs.

Compte tenu du prix d’un 4X4, le surcoût sera dérisoire : 0,48% du prix
d’achat pour un 4X4 Cayenne à 80.000 euros. Seule une évolution durable à
la hausse du prix du carburant semble susceptible de décourager les adeptes
du 4X4 en ville.