logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Agriculture > Agriculture, émissions de GES et adaptation > Nouvelle étude : Etat des lieux sur les légumineuses
Nouvelle étude : Etat des lieux sur les légumineuses
date 22 mai 2015
texte+ texte- google twitter facebook

La culture des légumineuses sont une des clefs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture en France, en particulier les émissions liées à l’épandage d’engrais agricole. Le RAC, avec l’association Solagro, a donc effectué un état des lieux des légumineuses (production et consommation) en France, et les freins et leviers à leur développement : "Diagnostic des filières de légumineuses à destination de l’alimentation humaine en France - Intérêt environnemental et perspectives de développement".

Cette étude nous permet de faire le point sur le potentiel de développement des légumineuses à destination de l’alimentation en France, en particulier au niveau des territoires. Elle a été réalisée avec le soutien du ministère de l’agriculture, du ministère de l’écologie et de l’ADEME, et s’adresse en particulier aux collectivités territoriales (élus, services, personnels de cantine, etc.), aux acteurs agricoles (chambre d’agriculture, coopérative, etc.), aux services déconcentrés (DDRAAF, DREAL, DR ADEME), etc.

Depuis, un nouveau travail a été entamé avec l’association Solagro : analyser 6 exemples de territoires français autour du développement de légumes secs (production et demande), des freins rencontrés et des leviers identifiés. Ce travail aboutira à l’édition d’une étude intitulée "Les légumineuses à destination de l’alimentation humaine : Quelles initiatives territoriales ?" Une journée de restitution de cette étude sera faite le 3 mai 2016.

Télécharger l’étude ici :

PDF - 5.1 Mo


Pourquoi les légumineuses ?
En 2011, les secteurs de l’agriculture et de la sylviculture représentaient 20 % des émissions françaises de gaz à effet de serre, dont 51 % sous forme de protoxyde d’azote (N2O). Ce dernier est en grande majorité émis lors de l’apport d’azote sur les sols agricoles (qui représente 46 % des émissions de GES de l’agriculture), notamment par l’épandage des engrais minéraux et organiques azotés sur les sols cultivés. L’introduction des légumineuses dans les rotations agricoles permet de fortement baisser ces apport d’engrais : non seulement leur conduite culturale ne nécessite aucun apport d’azote (en dehors de la fixation symbiotique), mais, de plus, cette particularité rend le sol sur lequel elles poussent plus fertile pour la culture suivante. De plus, les légumineuses peuvent s’intégrer dans nos régimes alimentaires en emplacement de la viande.


Les objectifs de ce travail ont été de :

- Identifier des initiatives territoriales oeuvrant pour le développement de systèmes alimentaires locaux (offre et demande) de légumineuses à destination de l’alimentation humaine,

- Identifier les freins et leviers permettant le développement de légumineuses à destination de l’alimentation humaine dans les territoires français.

Extraits des leviers identifiés pour soutenir le développement des légumineuses dans les territoires :

- Organiser la R&D dans les territoires, dans le cadre de projets multipartenariaux,

- Travailler à la bonne diffusion des résultats scientifiques entre les organismes de recherche et les acteurs concernés,

- Travailler à une meilleure organisation de la filière professionnelle,

- Travailler à une meilleure communication auprès des acteurs agricoles et des agriculteurs sur la faisabilité des cultures de légumineuses (technicité, rentabilité, avantages agronomiques et environnementaux, etc.),

- Travailler à une meilleure communication auprès des consommateurs sur les différents avantages liés à la consommation des légumineuses (avantages économiques et sociaux, environnementaux et liés à la santé.),

- Classer les légumineuses également dans la catégorie des protéines par le PNNS (Plan National Nutrition Santé),

- Sensibiliser, former et accompagner le personnel des restaurants collectifs sur l’approvisionnement (recherche d’un approvisionnement local) et les techniques de cuisine (l’anticipation de la cuisine des légumineuses, des recettes attractives et simples, etc.), et plus généralement sur les différents avantages des légumineuses.

Ce premier travail est poursuivi en 2015 par un recueil d’expériences territoriales d’initiatives intéressantes en matière de développement de la production et de la consommation de légumineuses à destination de l’alimentation humaine sur des territoires en France.