logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Nouveau projet de répartition de l’effort climatique européen : l’UE incohérente avec les résultats de la COP21
Nouveau projet de répartition de l’effort climatique européen : l’UE incohérente avec les résultats de la COP21
date 20 juillet documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le 20 juillet 2016, la Commission européenne publie son projet pour le futur partage de l’effort entre les pays de l’UE pour la période 2020-2030. Il doit permettre à l’Europe d’atteindre l’objectif d’au moins 40 % de baisse des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 (par rapport à 1990). Ce plan est très important pour l’application, en Europe, de l’Accord de Paris sur le climat : il couvre environ 60 % des émissions européennes de gaz à effet de serre (dans les transports, l’agriculture, le bâtiment et les déchets). La proposition de la Commission sera ensuite débattue par les États membres de l’UE et par le Parlement européen, pour une adoption en 2017 ou 2018.

Ce projet, dont les bases ont été conçues plus d’un an avant la COP21, est obsolète avant même d’être adopté. Ses objectifs sont insuffisants pour respecter l’Accord de Paris. Il devra donc être amélioré d’ici à 2018, moment où l’ONU a prévu un premier bilan mondial des progrès réalisés. Par ailleurs, certains États européens espèrent pouvoir tricher avec le climat. Ils veulent affaiblir les règles d’application de ce plan, réduisant ainsi son efficacité.

L’amélioration de ce projet est indispensable pour que l’Europe bénéficie elle aussi de tous les avantages de la transition énergétique. Saura-t-elle prendre le virage d’une nouvelle société plus économe en énergie, moins polluante, plus solidaire ? L’Union européenne importe toujours l’essentiel de son énergie (des énergies fossiles : gaz, pétrole, charbon), et possède très peu de ressources naturelles. En parallèle, l’UE a les capacités d’innover et de déployer les marchés de demain.

Le même jour, la Commission publie aussi deux autres textes : sa stratégie climatique pour le secteur des transports, et une proposition sur la comptabilisation des gaz à effet de serre dans le secteur des forêts et de l’usage des terres.



Notre dossier est téléchargeable ici