logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Note de position conjointe du RAC-France et de Coordination Sud sur les financements précoces
date 1er octobre 2010 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Coordination SUD et le RAC-F ont rédigé conjointement une note de position sur les financements précoces.

A travers l’accord de Copenhague de décembre 2009, les pays industrialisés se sont engagés à mobiliser des ressources nouvelles et additionnelles de 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012 au profit des pays en développement pour les soutenir de manière équilibrée dans leurs activités d’adaptation aux impacts du changement climatique et de limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre.
Ces financements sont aujourd’hui connus sous l’appellation de « financements précoces ». Au titre de ces financements, l’Union européenne a annoncé une contribution de l’ordre de 2,4 milliards d’euros par an. La France, à travers son Président de la République, s’est engagée à verser pour sa part 420 millions d’euros par an entre 2010 et 2012.

Pour Coordination SUD et le RAC-F, les financements précoces doivent permettre de reconstruire avec les pays en développement un climat de confiance très ébranlé par l’échec de la conférence de Copenhague.

Cette confiance constitue un préalable à la conclusion d’un nouvel accord mondial sur les changements climatiques.
Par ailleurs, même si le volume des financements précoces peut paraître limité au regard des besoins des pays en développement sur le moyen et le plus long terme (au minimum 110 milliards d’euros par an à partir de 2013), ils représenteront sans nul doute une première étape, jetant les bases de l’architecture financière climatique post-2012.

Les financements précoces revêtent par conséquent une importance cruciale à bien des égards. Malheureusement, et alors que l’année 2010 est déjà bien engagée, force est de constater que les pays industrialisés, dont la France, sont peu exemplaires dans leur mise en œuvre. Ils reviennent par là même sur leurs promesses faites à Copenhague.

Via la présente note, Coordination SUD, le RAC-France, recommandent la mise en place de garantie pour une utilisation vertueuse, efficace et transparente des financements précoces.

Télécharger la note en cliquant ici.