logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > #NDDL : Y’a t’il un pilote dans l’avion à Bruxelles ?
#NDDL : Y’a t’il un pilote dans l’avion à Bruxelles ?
date 25 novembre 2013
texte+ texte- google twitter facebook

Alors que la Commission européenne donne son feu vert à la subvention de 150 millions d’euros de l’Etat français, le Réseau Action Climat et de nombreuses associations dénoncent ce gâchis d’argent public et appellent la Commission européenne et les décideurs français à revoir leur politique d’aide publique dans un sens favorable à la transition énergétique. Au lendemain de la confirmation de l’accueil par la France de la conférence des parties sur le climat en 2015, la France doit faire montre de cohérence et d’exemplarité sur ses politiques pour les transports et le climat, en abandonnant notamment ce grand projet d’aéroport.




Paris le 22 novembre 2013 – La Commission Européenne vient d’approuver la subvention de 150 millions d’euros octroyée par les autorités françaises à la société des Aéroports du Grand Ouest (société détenue à 85% par le groupe Vinci) pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des- Landes. La Commission Européenne justifie sa décision en affirmant que le dossier Notre Dame des Landes «  est compatible avec les règles de l’UE relatives aux aides d’État  » et qu’il n’entraînera pas de « distorsion indue de la concurrence dans le marché intérieur européen  ».Sans appuyer cette conclusion, la Commission européenne affirme que l’aéroport sera bénéfique au développement de la région.

Encore une fois, Bruxelles donne le feu vert à la logique productiviste et à la folie des grandeurs de nos décideurs politiques puisque en septembre dernier, la Commission avait annoncé qu’il n’y avait aucun motif d’infraction dans le dossier et qu’il n’était pas la peine d’ouvrir une procédure d’infraction formelle.

Au lendemain de la 19ème conférence des parties sur le climat organisée par les Nations Unies à Varsovie, il est urgent que la France face preuve de cohérence et d’exemplarité sur ses politiques climatiques. Les grands discours sont en dissonance avec les actes de nos décideurs politiques qui préfèrent s’entêter à construire un aéroport sur environ 2000 hectares de terres agricoles cultivables, entraînant la destruction d’emplois paysans et donc l’atteinte à la vitalité des territoires ruraux et détruisant au passage des zones humides tout en favorisant les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre.

D’autre part, comment est-il envisageable que la France, qui a un déficit budgétaire de 82 milliards d’euros en 2014 (1) et qui chasse les économies puisse financer, pour commencer, à hauteur de 150 millions d’euros un projet injustifié et certainement pas rentable pour Vinci puisque ce dernier ne peut s’autofinancer et se voit dans l’obligation de faire subventionner son projet à hauteur de 43% par de l’argent public (2). L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est, à l’instar de l’autoroute A65 reliant Pau à Langon complètement désertée par les automobilistes, un grand projet inutile et imposé !

Les organisations signataires affirment aujourd’hui leur mécontentement suite à cette annonce de la Commission Européenne qui donne raison à la construction d’un grand projet inutile qui ne mènerait qu’à détruire un peu plus notre environnement, dépenser un peu plus notre argent public et artificialiser toujours plus de terres agricoles.

La Commission Européenne doit ainsi prendre ses responsabilités et décréter le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes incompatible avec la législation européenne en matière environnementale, notamment par rapport à la directive cadre sur l’eau. D’autant plus que ce projet est un frein au respect des engagements climatiques de réduction de gaz à effet de serre européens.

Il est grand temps de faire correspondre les discours aux actes et d’annuler la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Alors qu’une triple crise (économique, environnementale et sociale) fait rage, ne serait-il pas plus cohérent d’investir dans des projets et alternatives écologiquement viables et créateurs d’emplois afin de réellement entamer la transition écologique ?

Contacts Presse
Agnès Belaud, Acipa - 06 05 61 38 02
Sophie Bordères, Agir pour l’environnement – 06 45 48 13 54
Jeanne Planche, Attac – 06 83 01 44 88
Caroline Prak, Amis de la Terre - 01.48.51.18.96
Bertrand Breton, Confédération paysanne – 01 43 62 10 32
Nadine Lauverjat, Générations Futures – 06 87 56 27 54
Didié Aubé, Solidaires – 06 78 75 43 62
Lorelei Limousin, Réseau Action Climat – 07 70 31 09 19

(1) http://bourse.lesechos.fr/infos-con...
(2) http://aeroport-grandouest.fr/faq/