logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Mais où se cachent les émissions issues de nos importations ?
Mais où se cachent les émissions issues de nos importations ?
date 26 octobre 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Derrière les chiffres en baisse des émissions de GES européennes, se cachent l’augmentation des émissions issues de nos importations de produits de consommation.

Selon l’AEE, les émissions de gaz à effet de serre européennes baisseraient

Mais où se cachent les émissions issues de nos importations ?



Des chiffres en faux-semblant

Le 24 octobre derner, l’Agence européenne de l’environnement (AEE) a publié les estimations des émissions de gaz à effet de serre européennes pour l’année 2011.
Selon ces publications l’Union européenne fait figure de bonne élève qui aurait réduit ses émissions de 17,5% depuis 1990.

Mais ce rapport dissimule une toute autre réalité de l’évolution des émissions européennes : le calcul de l’AEE se base uniquement sur les émissions directes émises sur le territoire européen sans prendre en compte les émissions incorporées dans les importations européennes.
Ainsi, si l’on prend en compte les importations, les émissions de CO2 de l’Union européenne ont diminué de seulement 4% entre 1990 et 2010. [1] Les émissions de CO2 importées via des produits de consommation dans l’UE-27 ont augmenté de 130% sur la même période.


Les émissions « clandestines » du commerce international

« Aujourd’hui 28% des émissions de CO2 mondiales issues des produits de consommation circulent clandestinement autour de la planète dans les soutes du commerce mondial. Il est primordial que cette face cachée du commerce internationale soit prise en compte dans les inventaires d’émissions pour que les mesures politiques ne restent pas aveugles par rapport à cette part des émissions en augmentation », rappelle Meike Fink, chargée des politiques climat-énergie au Réseau Action Climat – France.

Le rapport de l’AEE indique que les engagements des états membres ayant ratifié le Protocole de Kyoto (UE-15) seraient largement respectés. Mais, en réalité, le poids des émissions importées représente environ 3,5 fois les réductions d’émissions réalisées par ces pays. [2]


Vers un objectif rehaussé de réduction des émissions européennes pour 2020

« Il est définitivement trop tôt pour nous reposer sur nos lauriers. Ce qui compte est une réduction des émissions à l’échelle mondiale ; un simple déplacement des émissions européennes vers des pays émergents n’est pas une solution », souligne Célia Gautier, chargée des politiques européennes au Réseau Action Climat – France.

Il est donc d’autant plus important que l’UE rehausse son objectif de réduction pour 2020 de -20% à -30%, et qu’elle prenne enfin en compte ces émissions importées, en constante augmentation.


Contact :

- Meike Fink : Chargée des politiques climat-énergies – RAC-F : 06 42 28 45 40 / 01 48 58 83 92

date Notes

[1Des données pour des années après 2010 ne sont pas encore accessibles. Ces émissions incluent : les émissions directes du territoire + les émissions incorporées dans les importations – les émissions incorporées dans les exportations.
Source des données : Global Carbon Project / http://www.globalcarbonproject.org/...

[2Peters, Glen / Minx Jan C. / Weber, Christopher L. / Edenhofer, Ottmar (2011) Growth in émission transfers via international trade from 1990 to 2008, PNAS ;
http://www.pnas.org/content/early/2...