logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Maigre bilan pour le plan climat
date 17 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Maigre bilan pour le plan climat

Le plan climat a à peine plus d’un an, mais déjà il s’essouffle. Critiquée
pour son manque d’ambition, l’action gouvernementale peine toujours à
convaincre. Sans doute Dominique de Villepin en a-t-il conscience. Le
premier ministre a déclaré, hier, vouloir passer « à la vitesse supérieure
pour lutter contre le réchauffement climatique », devant plusieurs centaines
de responsables politiques, associatifs, industriels et scientifiques,
réunis pour une première réunion de suivi du plan.

- Toujours pas de malus pour les pollueurs

Le chef de gouvernement a décliné plusieurs propositions dans les secteurs
des transports et du logement, mais n’a annoncé « rien de bien neuf », d’
après Olivier Louchard, du Réseau action climat (RAC-F).
Principale mesure : l’étiquetage des émissions de gaz carbonique (CO2),
déclinées en sept classes, sera obligatoire avant le 1er juin 2006 pour les
véhicules neufs. Un arrêté a d’ores et déjà été publié au Journal officiel,
dimanche dernier.
Pas de quoi enthousiasmer les défenseurs du « bonus-malus » sur les
véhicules pollueurs, abandonné par le gouvernement l’an dernier. « Cette
mesure fiscale aurait pourtant eu un impact comportemental » sur l’achat de
voitures propres, regrette Olivier Louchard, qui précise que seuls 8 % des
véhicules neufs seront concernés par une taxe affectée à la carte grise.

« Par ailleurs, les cartes grises des véhicules à fort taux d’émission
seront taxées davantage », a ajouté le chef de gouvernement, sans donner
plus de précisions. Enfin, il a rappelé que l’État financerait un projet de
recherche de voiture peu consommatrice de carburant, à hauteur de 100
millions d’euros. Des « micromesures » largement insuffisantes pour
contrecarrer l’augmentation de 23 % des émissions de gaz à effet de serre du
trafic routier entre 1990 et 2003.
Autre annonce du premier ministre : le tarif de rachat par EDF aux
particuliers d’électricité solaire photovoltaïque sera augmenté de 50 %, et
« doublé pour les installations collectives, tertiaires et industrielles ».
Le kilowattheure devrait ainsi passer de 15 à 22,5 centimes d’euro pour les
particuliers et à 30 centimes pour les installations collectives. Une
annonce saluée par les industriels des énergies renouvelables.
Suffira-t-elle à contenir l’augmentation de 14 % des émissions liées au
secteur du bâtiment ?

- La France remplira-t-elle ses engagements ?

« En se contentant de "mesurettes", au lieu d’impulser les changements
structurels nécessaires, le plan d’action gouvernemental n’a toujours ni
cohérence ni ambition », regrette le Réseau action climat.
Les annonces de bonnes intentions voilent à peine le grignotage constant
depuis trois ans du budget du ministère de l’Écologie, ainsi que les coupes
sévères dans la cagnotte de l’Agence gouvernementale de l’environnement et
de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Jacques Chirac, qui avait déclaré
vouloir faire de la lutte contre réchauffement climatique une « priorité
nationale », devra agir vite s’il veut que la France conserve son statut de
bon élève du protocole de Kyoto. Une étude commandée par Greenpeace à une
série de scientifiques de renom estime que l’Hexagone pourrait ne pas
répondre aux objectifs du plan climat : diviser par quatre les émissions
nationales de gaz à effet de serre d’ici 2050. Ce type de prévision
régionale est risqué, non dénué d’inconnues, mais n’en demeure pas moins
pertinent. Les scientifiques annoncent, sans surprise, des « vagues de
chaleur estivales plus fréquentes, plus longues et plus intenses », des
précipitations intenses hivernales en augmentation et des « périodes de
sécheresse plus longues ». Face à cela, le plan climat pourrait bien vite
être dépassé.

"l’Humanité" Vincent Defait
15 novembre 2005
http://www.humanite.presse.fr/popup...