logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Lettre ouverte au Président de la République sur la place de l’écologie dans le futur gouvernement
Lettre ouverte au Président de la République sur la place de l’écologie dans le futur gouvernement
date 10 mai
texte+ texte- google twitter facebook

Convaincues de l’importance d’accorder une place centrale à la transition écologique dans le quinquennat à venir, 8 associations de protection de l’environnement s’​associent dans une lettre ouverte au nouveau Président de la République afin de souligner la nécessité d’un large ministère, avec à sa tête un ministre d’Etat, numéro deux du Gouvernement, en charge du développement durable.

Monsieur le Président de la République,

Nos associations tiennent à vous féliciter pour votre élection à la Présidence de la République. Nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer dans les meilleurs délais afin d’évoquer la feuille de route du quinquennat pour la transition écologique.

Dans cette attente, nous souhaitons dès maintenant vous faire part de notre avis sur le périmètre du ministère en charge de l’environnement.

L’organisation de l’État et de son gouvernement reflète l’ambition que se donne un pays. Comme vous le souligniez dans votre programme, « la transition écologique est une priorité pour aujourd’hui qui affecte tous les secteurs de la vie économique et sociale ».

La pertinence d’un grand ministère, avec à sa tête un ministre d’Etat, numéro deux dans l’ordre protocolaire, en charge du développement durable (écologie, biodiversité, climat et énergie, transport, logement et urbanisme, aménagement du territoire, pêche et mer) initié dans la dynamique du "Grenelle de l’environnement" a fait ses preuves et répondra à votre volonté d’un gouvernement resserré. De plus, des synergies institutionnelles fortes doivent être trouvées avec les ministères de la santé, du travail, de l’agriculture, des outremers, et enfin celui de l’économie tant leurs rôles et impacts sont essentiels pour l’environnement. Par ailleurs, vous aviez souligné dans votre programme l’importance d’une alimentation plus saine et avez annoncé la tenue d’Etats généraux de l’Agriculture et de l’Alimentation. Nous espérons donc que le futur gouvernement intégrera l’importance et la transversalité de cet enjeu, à la fois au niveau national et international.

De même, tout comme le Conseil National de la Transition Ecologique est ouvert aux acteurs économiques et sociaux, la gouvernance doit être améliorée en ouvrant les instances de concertation des secteurs économiques et sociaux à nos associations environnementalistes, dans une logique de réciprocité d’ouverture.

Nous espérons que vous serez sensible à ces arguments et au symbole fort que représente ce large ministère. Nous rappelons notre fort attachement au dialogue environnemental et espérons que vous vous engagerez à le renforcer. Cela est indispensable pour répondre à "l’urgence écologique" que vous aviez rappelée au soir du 23 avril.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre très haute considération.



Signataires :
- Michel Dubromel, président de FNE, représentée au Conseil National de la Transition Ecologique
- Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO
- Gilles Asenjo, Président de Surfrider Foundation
- Pierre Perbos, président du Réseau Action Climat
- Bernard Chevassus-au-Louis, président d’Humanité et Biodiversité
- Cécile Ostria, Directrice générale de la Fondation Nicolas Hulot
- Pascal Canfin, directeur général du WWF France
- Florent Compain, président des Amis de la Terre