logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Neiges et glaces > Les rétroactions liées au carbone du permafrost accélèrent le réchauffement climatique
Les rétroactions liées au carbone du permafrost accélèrent le réchauffement climatique
date 18 août 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Proceedings of the National Academy of Sciences – 18 août 2011

- Thème : Changements climatiques, neiges et glaces
- Titre : Les rétroactions liées au carbone du permafrost accélèrent le réchauffement climatique
- Titre original : Permafrost carbon-climate feedbacks accelerate global warming
- Auteur : C.D. Koven et al.
- Revue : Proceedings of the National Academy of Sciences
- Date de parution : 18 août 2011
- Lien de consultation : http://www.pnas.org/content/108/36/...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude s’est intéressé au rôle climatique des énormes quantités de carbone organique contenu dans le permafrost des zones gelées des hautes latitudes, dans un contexte de réchauffement. La conclusion de ces recherches est que, contrairement à ce qui était énoncé dans le rapport du GIEC AR4 publié en 2007, les zones situées au nord du 60ème parallèle nord pourraient cesser d’être un puits de carbone pour devenir une source de carbone, si les processus liés au permafrost étaient inclus dans les calculs du scénario A2 du GIEC. Ce phénomène serait notamment imputable au relâchage atmosphérique du méthane contenu dans les zones gelées, et ce malgré une réduction de la surface globale des zones humides. Les quantités de méthane émises dans l’atmosphère dans ces zones de hautes latitudes augmenteraient ainsi de 34 tératonnes par an jusqu’à 41 à 70 tératonnes par an, si les processus liés à la fonte du permafrost étaient mieux prises en compte.


Consultez l’article : [http://www.pnas.org/content/108/36/...]