logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Communiqués des membres du RAC-F > Les quotas sur le CO2 ne mettront pas l’Europe sur la paille
Les quotas sur le CO2 ne mettront pas l’Europe sur la paille
date 7 juin 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse WWF
Paris, le 7 juin 2006

Les quotas sur le CO2 ne mettront pas l’Europe sur la paille

Selon un rapport commandité par le WWF, le système européen de quotas d’émissions de CO2 (EU ETS) ne sera pas responsable d’un accroissement global du chômage ou d’une dégradation significative de la compétitivité européenne. Ce système est en effet actuellement attaqué par une partie de l’industrie européenne qui lui reproche de lui porter atteinte.

Or, comparé aux autres mesures économiques pour respecter les objectifs de Kyoto, la « bourse du CO2 » - qui est au cœur de la politique européenne contre le changement climatique dans le secteur industriel - s’avère même l’option la moins chère et peut avoir un effet bénéfique sur la compétitivité de certaines entreprises.

Le rapport, réalisé par le Centre pour la recherche économique européenne (ZEW, Allemagne) pour le WWF, synthétise de nombreuses études et modélisations sur les impacts de l’ETS en matière d’emplois et de compétitivité. Il démontre que les cris au loup de certains secteurs industriels (charbon, acier, chimie...) contre des effets soi-disant dévastateurs sont exagérés et manquent de preuve.
« Le WWF révèle aujourd’hui qu’une certaine propagande sur les effets négatifs des quotas de CO2 échangeables est excessive et relève de la désinformation, explique Stephan Singer, directeur du changement climatique au WWF Europe. Nous savons qu’un système de permis d’émissions crédible ne ruinera pas la compétitivité de l’Europe. »

Sachant que l’Union européenne s’est engagée à respecter les accords de Kyoto, il serait tout simplement désastreux de revenir en arrière sur les politiques de lutte contre le changement climatique. Or, parmi celles-ci, l’ETS est la moins coûteuse pour l’industrie en comparaison avec les autres options, selon le rapport du ZEW. « Les entreprises qui demandent l’abandon du système de quotas se tirent une balle dans le pied, puisque la flexibilité économique de ce système permet une diminution des coûts pour réussir à atteindre les objectifs de Kyoto », remarque Édouard Toulouse, spécialiste du changement climatique au WWF-France.

S’agissant de l’emploi, le rapport soutient que les pertes d’emplois éventuelles seront à peine perceptibles, même en comparaison à un scénario improbable où toutes les politiques européennes sur le changement climatique seraient abandonnées aujourd’hui. Et en comparaison avec d’autres politiques possibles dans le domaine industriel contre les gaz à effet de serre, l’ETS apparaît comme un des choix les plus raisonnables.

« Nous devons maintenant nous battre pour obtenir des quotas de CO2 plus stricts et une architecture du système plus efficace » ajoute Stephan Singer.
En France, le premier plan d’allocation des quotas de CO2 défini par l’Etat en 2005 a montré une surallocation de quotas de 12% par rapport aux émissions réelles des entreprises. Cette distribution trop généreuse des quotas menace de rendre le système inopérant. « L’ETS est certes un bon compromis économique et environnemental, mais à condition que les quotas alloués aux entreprises soient crédibles et stimulent des réductions d’émissions. C’est aux gouvernements de jouer correctement leur rôle pour ne pas dénaturer le dispositif et ne pas faire triompher ceux qui le dénigrent », conclut Edouard Toulouse.

Le WWF suit de près l’élaboration des prochains plans nationaux d’allocation des quotas de CO2 pour la période cruciale 2008-2012, qui doivent être remis à la Commission européenne avant le 30 juin 2006.

Contacts :
- Eléonore Hadida, attachée de presse du WWF-France, tel : 01 55 25 84 61, ehadida@wwf.fr
- Stephan Singer, Head of European Climate and Energy Policy Unit, WWF European Policy Office, Tel : 00 32 2 743 88 17, ssinger@wwfepo.org

Pour plus d’informations sur l’action du WWF en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (campagne Changeons de courant ! - « Powerswitch ! ») et pour obtenir le rapport « The Impacts of the European Emission Trading Scheme on Competitiveness and Employment in Europe » et la position du WWF « Clearing the Mist - EU ETS, Competitiveness and Employment » : rendez-vous sur le site www.panda.org/powerswitch/etsimpacts