logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Impacts et conséquences > Écosystêmes > Les modifications rapides des aires de répartition des espèces associées à des niveaux élevés de réchauffement climatique
Les modifications rapides des aires de répartition des espèces associées à des niveaux élevés de réchauffement climatique
date 9 août 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Science - 9 août 2011

- Thème : Impacts et conséquences, écosystèmes
- Titre : Les modifications rapides des aires de répartition des espèces associées à des niveaux élevés de réchauffement climatique
- Titre original : Rapid Range Shifts of Species Associated with High Levels of Climate Warming
- Auteur : I. C. Cheng et al.
- Revue : Science
- Date de parution : 9 août 2011
- Lien de consultation : http://www.sciencemag.org/content/3...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Selon cette étude, l’aire individuelle de répartition des espèces terrestres végétales et animales s’est déplacée en moyenne, durant les dernières décennies et en réponse au réchauffement climatique, d’une distance de 11 mètres vers le haut en ce qui concerne l’altitude, et d’une distance de 16,9 kilomètres vers les latitudes supérieures selon l’hémisphère. Ces mouvements représentent des vitesses de déplacements de l’ordre de deux à trois fois celles qui étaient précédemment reportées, et sont fortement corrélés à l’intensité du réchauffement climatique en ce qui concerne les déplacements latitudinaux. Cependant, la variabilité des réponses et des distances parcourues est grande selon les espèces, laissant à penser que chacune de ces dernières est caractérisée par des traits externes et internes propres, qui gouvernent sa réponse aux changements climatiques.


Consultez l’article : [http://www.sciencemag.org/content/3...]