logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Impacts et conséquences > Eau douce > Les coûts partiels de l’adaptation au changement climatique global pour l’approvisionnement en eau non-traitée des industries et des municipalités : méthodologie et application
Les coûts partiels de l’adaptation au changement climatique global pour l’approvisionnement en eau non-traitée des industries et des municipalités : méthodologie et application
date 1er janvier 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Environmental Research Letters - 2010

- Thème : Impacts et conséquences, eau douce
- Titre : Les coûts partiels de l’adaptation au changement climatique global pour l’approvisionnement en eau non-traitée des industries et des municipalités : méthodologie et application
- Titre original : Partial costs of global climate change adaptation for the supply of raw industrial and municipal water : a methodology and application
- Auteur : P.J. Ward et al.
- Revue : Environmental Research Letters
- Date de parution : 2010
- Lien de consultation : http://iopscience.iop.org/1748-9326...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude a consisté à évaluer les coûts supplémentaires imputables au changement climatique en ce qui concerne l’approvisionnement en eau non-traitée des industries et des villes, sur la base des projections relatives à la demande mondiale en eau à l’horizon 2050. Il en ressort que le coût du changement climatique peut être estimé à environ 12 milliards de dollars. 83 % à 90 % de cette somme devraient être dépensés dans les pays en développement, en particulier en Afrique sub-saharienne, qui aurait à faire face aux dépenses les plus importantes. L’étude conclut cependant que ces coûts supplémentaires induits par le changement climatique resteraient relativement modiques, comparativement à la dépense de 73 milliards de dollars qui devrait de toute façon être effectuée, même sans modification climatique.


Consultez l’article : [http://iopscience.iop.org/1748-9326...]