logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Les ONG américaines dénoncent la politique de Washington
date 9 décembre 2004
texte+ texte- google twitter facebook

Climat : les ONG américaines dénoncent la politique de Washington

BUENOS AIRES (AFP) - Les écologistes américains ont accusé mercredi à Buenos Aires l’administration Bush de "ne faire strictement rien pour combattre le réchauffement planétaire" et de mener "une politique obstructionniste" en la matière.

Le plan climat annoncé en 2002 par le président George W. Bush "consiste en réalité à ne rien faire du tout", a accusé Jessica Coven de Greenpeace, en marge des négociations de l’ONU sur l’effet de serre qui ont repris lundi dans la capitale argentine.

Mme Coven s’exprimait devant la presse au nom de la section américaine du Réseau action climat (RAC). Le RAC, un réseau mondial de 340 ONG suivant le dossier climat, fait partie des ONG admises à la conférence en qualité d’observateurs.

Elle a polémiqué avec le chef de la délégation des Etats-Unis, Harlan Watson, sur les chiffres d’émissions américaines de CO2 et autres gaz à l’origine du changement climatique.

M. Watson avait déclaré mardi aux journalistes que le plan de M. Bush, visant à diminuer de 18% en dix ans (2002-2012) "l’intensité carbone" de l’économie, permettrait de ralentir d’"environ 4%" la croissance des rejets américains de gaz à effet de serre. Au final, avait-il estimé, les émissions américaines devraient avoir progressé de quelque "20%" en 2012 par rapport à leur niveau de 1990.

L’intensité carbone "mesure la pollution en gaz à effet de serre par unité de production", a rappelé Mme Coven.

Réduire ce ratio de 18% en dix ans, "en réalité de 17,5%, n’a rien à voir avec une réduction des émissions qui vont augmenter de 14% durant cette période".

Au total, a-t-elle pronostiqué, les rejets américains devraient avoir bondi de 32% vers 2012 par rapport à 1990, a-t-elle dit.

M. Watson avait indiqué un chiffre similaire en décembre 2003 à l’AFP. Il avait alors calculé que grâce à la politique de l’administration, les émissions augmenteraient de "29,4% en 2012 par rapport à 1990" contre "35,7%" en l’absence de toute mesure.

Le plan Bush, a relevé Mme Coven, est fondé sur des engagements volontaires de l’industrie.

"Le secteur de l’électricité est l’un des rares à avoir chiffré ce qu’il allait faire, a dit Mme Coven. Et ce qu’il a annoncé va conduire à une augmentation de ses émissions de gaz à effet de serre de 13% à 16% en dix ans, soit plus que pronostiqué par le département de l’Energie".

Mme Coven a qualifié par ailleurs de "scandaleuse" la "mise en cause par l’administration Bush de la base scientifique" du changement climatique. Le gouvernement fédéral a "lancé un gigantesque programme de recherche sur le changement climatique qui a pour seul objet de mettre en évidence les incertitudes entourant l’effet de serre", a-t-elle affirmé.