logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > Les Français préfèrent les voitures polluantes Les 4x4 "descendent trop les Champs-Elysées", alors que faire contre la pollution en ville ?
"France 2.fr"
06 avril 05
Les Français préfèrent les voitures polluantes Les 4x4 "descendent trop les Champs-Elysées", alors que faire contre la pollution en ville ?
"France 2.fr"
06 avril 05
date 30 octobre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Les Français préfèrent les voitures polluantes Les 4x4 "descendent trop les Champs-Elysées", alors que faire contre la pollution en ville ?
"France 2.fr"
06 avril 05
http://cultureetloisirs.france2.fr/...

Au palmarès des voitures propres, les moins polluantes ne se vendent pas très
bien en France.

Les "grosses voitures" plaisent davantage, surtout les 4x4 et les monospaces.

La vogue des monospaces et des 4X4 ne se dément pas : les Français ont acheté en
2004 plus de grosses voitures, compromettant les efforts pour réduire les
émissions polluantes des transports, a déploré l’Agence de l’environnement et de
la maîtrise de l’énergie (Ademe ).

L’Ademe publie chaque année le palmarès des véhicules "propres", et dresse le
bilan du marché en termes d’émissions de CO2. Le CO2, étroitement lié à la
consommation de carburant, est le premier gaz responsable du réchauffement
climatique.

La Toyota Prius "hybride", qui fonctionne à la fois à l’électricité et à
l’essence, et la Smart Fortwo emportent les premières places des palmarès
essence et diesel des voitures les moins polluantes en 2004.

Mais les plus vertueuses ne sont pas forcément les plus vendues : 660 Toyota
Prius ont été immatriculées l’an dernier, dix fois moins que le 4X4 le plus
polluant de Toyota (Land Cruiser, 8.000 ventes).

Même si la marque japonaise vend 3.000 Toyota Prius en France cette année, cela
reste une goutte d’eau sur le marché français (2 millions d’immatriculations).

Certes, les Français continuent d’acheter beaucoup de petites voitures économes
(73% des ventes), et les constructeurs français se placent très bien dans cette
catégorie. Mais les véhicules "tout-terrain" commencent à peser lourd sur le
marché : 9% l’an dernier, contre seulement 1% il y a dix ans. Et les monospaces
continuent leur progression (+4% l’an dernier).

"Le 4X4 n’est plus un véhicule des champs, il ne doit pas devenir un véhicule
des Champs-Elysées", a lancé Patrick Coroller, du département Transports de
l’Ademe . Les 4X4, quelle que soit leur puissance, polluent plus qu’un véhicule
classique. Un 4X4 consomme 30% de plus qu’une berline, a observé M.
Coroller.

Les monospaces émettent 20 grammes de plus en moyenne que les berlines
classiques. Or, les 4X4 et monospaces empiètent sur le marché des berlines haut
de gamme et moyenne gamme.

La tendance générale est aux véhicules plus lourds, car plus confortables et
bourrés d’équipements électroniques, relève Alain Morcheoine, directeur des
transports à l’Ademe .

Résultat : les progrès technologiques sont annulés et la baisse des émissions
stagne.

C’est pourtant un enjeu majeur pour le climat : les transports pèsent 35,2% des
émissions françaises (2002) et connaissent la plus forte progression.

Depuis 4 ans, on a gagné seulement 2 grammes de CO2 au km (à 154g CO2/km en
moyenne en 2004), contre 20 grammes entre 1995 et 2001.

"Si on continue sur cette tendance, on sera à 152 grammes en 2008, loin de
l’objectif européen de 140 g de CO2 au km", a observé M. Coroller.

Faute d’atteindre cet objectif volontaire des constructeurs, Bruxelles
pourrait "manier le bâton", et imposer un objectif par directive, met en garde
M. Morcheoine.

Côté français, c’est la panne sèche en matière de lutte contre les émissions des
transports, a souligné mercredi le Réseau Action Climat. Les écologistes
regrettent l’abandon du "bonus-malus", annoncé en juin dernier par le ministre
de l’Ecologie et tombé aux oubliettes, et la faiblesse du "plan climat" adopté
l’an dernier.

Le meilleur allié de la lutte contre le changement climatique sera peut-être
l’envolée des prix du pétrole : les consommateurs gagneront à opter pour les
véhicules les moins voraces en carburant, et aussi les moins polluants.